Pour la transition malienne, les experts proposent une charte et une feuille de route


Transition malienne, la proposition des experts
Colonel Assimi Goita, the junta leader of the National Committee for the Salvation of the People (CNSP) which overthrew Mali's President Ibrahim Boubacar Keita, walks out after the meeting with Economic Community of West African States (ECOWAS) mediators in Bamako, Mali August 23, 2020. REUTERS/Mamadou Keita NO RESALES. NO ARCHIVES

Pour la transition malienne, les experts proposent une charte et une feuille de route. En effet, le comité des experts mandaté pour faire la synthèse des dernières consultations nationales, vient de rendre ses travaux. Mardi, le comité composé d’au moins 20 experts a remis à la junte deux documents. Il s’agit d’une feuille de route et d’une charte. Le CNSP doit désormais les analyser en vue d’éventuelles décisions. Pendant ce temps, la CEDEAO a donné un ultimatum de quelques jours à la junte pour quitter le pouvoir.

C’est Youssouf Coulibaly, conseiller juridique de la junte, qui a reçu les documents. Dans ces documents en question, on retrouve plusieurs propositions. Parmi celles-ci, on peut mentionner les propositions sur « les organes, les relations entre ces futures institutions, les principes et les qualités de ceux qui les régissent ».

Mais, font observer les experts, ces documents ne sont que des pistes de travail pour les prochaines consultations. Il s’agit, justement, des termes de références qui seront au cœur des prochaines réunions.

Un comité d’expert pour la transition malienne dirigé par une ancienne juge de la CPI

Diarra Fatoumata Dembélé, qui a dirigé le comité d’experts pour la transition malienne, est une ancienne juge de la CPI. Depuis lundi, le comité a lancé ses travaux, avec la consultation des délégués. Une dizaine de propositions ont été recueillies, puis analysées avant d’être synthétisées. En clair, l’idée était de faire une centralisation et dégager une ligne directrice aux consultations nationales. Des imminents juristes, constitutionnalistes, tous de nationalité malienne, ont travaillé au sein de ce comité.

Leurs travaux ont porté sur les recommandations de cinq ateliers tenus à Bamako la capitale du Mali et des dix rencontres organisées dans les localités de l’intérieur. Pour un travail efficace, des sous-groupes ont été créés. Des travaux acharnés ont été menés pendant seulement trois jours. Vu la configuration de ce comité d’experts, bon nombre d’observateurs sont rassurés de la qualité du travail proposé. « Nous avons quasiment bouclé le travail. Ce mardi, nous allons le présenter à qui de droit », annonçait, lundi, un membre du comité.

Nouvelles consultations aujourd’hui dans le cadre de la transition malienne

Des nouvelles consultations dans le cadre de la transition malienne sont prévues ce jeudi 10 septembre dans le pays. Les discussions porteront sur la répartition des postes entre civils et militaires, la durée de la transition ou bien d’autres sujets. La société civile, les groupes armés, les partis politiques, syndicats et autres sont conviés à cette énième consultation. Probablement la dernière, car la junte doit prendre sa décision avant le 15 septembre, date de l’ultimatum de la CEDEAO.

Cette consultation se déroulera à Bamako, et est ouverte à toutes les participations. Les documents fournis par le comité des experts permettront de faire évoluer les débats. Les militaires pourraient se retirer du pouvoir, en cas de bonne garantie, selon des sources. Absent lors des premières consultations, le chef de la junte Assimi Goita pourrait prendre part aux travaux de ce jeudi. Les putschistes affirment une certaine ouverture, en ce qui concerne la transition.

Les consultations de jeudi permettront de clore définitivement les suspicions. Enfin, l’on saura à quelle sauce les Maliens seront mangés.

LIRE AUSSI : MALI : MAHMOUD DICKO, PERSONA NON GRATA CHEZ IBK, L’ANCIEN PRÉSIDENT MALIEN

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.