Présidentielle au Burkina : Zéphirin Diabré émet des réserves sur la proclamation des résultats


Présidentielle au Burkina , Zéphirin Diabré émet des réserves sur la proclamation des résultats

L’élection présidentielle au Burkina sera couplée à des élections législatives. De fait, les Burkinabé sont appelés aux urnes le dimanche prochain pour ces élections. Dans cette optique, le Chef de file de l’opposition politique a fait une déclaration, ce mercredi, sur les délais de proclamation des résultats du 22 novembre 2020.

Suite à des informations de la presse relayant des propos des responsables de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sur la possibilité de proclamer dès le 23 novembre, des résultats des élections présidentielle au Burkina couplée des  élections législatives du 22 novembre, le Chef de file de l’Opposition a tenu à faire part de ses réserves au Président de la CENI.

La confirmation des résultats avant proclamation des résultats de la présidentielle au Burkina

Pour l’Opposition, a indiqué Diabré, « il est important que toutes les précautions soient prises pour une confirmation des différents résultats avant toute proclamation. Or, en tenant compte des délais de dépouillement dans les bureaux de vote, des délais de transmission de ces différents résultats au niveau des centres de compilation, et du travail de vérification, de sommation et de confirmation qui doit s’y dérouler, il parait irréaliste d’avoir des résultats des élections législatives et présidentielle au Burkina fiables et acceptés par tous pour une proclamation des résultats dès le 23 novembre 2020 ».

Aussi, ajoute-t-il, le Burkina n’est pas tenu de battre des records de vitesse en matière de proclamation des résultats.  La loi donne des délais qui vont largement au-delà du 23 novembre, et qui doivent être mis à profit pour une confirmation des résultats par l’ensemble des acteurs. Vouloir faire autrement, c’est courir le risque de faire des erreurs et de semer les graines d’une crise post-électorale.

Le VSAT en panne, double la réserve

Les inquiétudes de l’Opposition sont renforcées par le fait que cette fois-ci, contrairement aux fois passées, le système traditionnel de VSAT qui transmet les résultats est défaillant et sera remplacé par un opérateur privé.

Hormis les grands partis qui ont des représentations locales sur l’ensemble du territoire, la vérification et la confirmation par la majorité des partis sur les scores obtenus ici et là peuvent prendre plus d’une journée.  A cela s’ajoute le fait que des contestations des résultats des centres de compilation peuvent survenir, entrainant des vérifications supplémentaires avant la confirmation définitive.

Pour toutes ces raisons, nous devons prendre le temps de bien faire les choses, a précisé le chef de l’opposition.
L’Opposition politique burkinabè est attachée à « la plus grande transparence de ce scrutin. Comme tous les Burkinabè, elle souhaite des élections législatives et présidentielle au Burkina apaisées. Mais elle n’acceptera pas que les résultats du 22 novembre soient traités dans la précipitation », lit-on dans la déclaration.

L’Opposition politique espère avoir l’occasion d’exprimer de vive voix ces inquiétudes aux responsables de la CENI.

Lire aussi : BURKINA FASO/PRÉSIDENTIELLE 2020 : ZÉPHIRIN DIABRÉ REÇOIT LE SOUTIEN DES MILITANTS DE L’UNION POUR LE PROGRÈS ET LE CHANGEMENT (UPC)

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *