Cédéao-Guinée: Mohamed Ibn Chambas indésirable pour le colonel Doumbouya


Mohamed Ibn Chambas indésirable pour le colonel Doumbouya

Nommé envoyé spécial en Guinée lors du récent sommet extraordinaire de la Cédéao, la personne de Mohamed Ibn Chambas n’est pas approuvée par les autorités en place. Elles estiment que le diplomate ghanéen n’a aucun rôle déterminant à jouer dans le pays à l’heure actuelle. Par conséquent, sa présence en Guinée n’a pas sa raison d’être.

Le colonel Mamadi Doumbouya, le nouvel homme fort de Conakry, justifie sa décision de désapprobation de Mohamed Ibn Chambas par plusieurs raisons. Celles-ci ont été portées à la connaissance de Nana Akufo-Addo, président en exercice de la Cédéao, par lettre. Rappelons-le, lors de ce dernier sommet des chefs d’État et de gouvernement de la Cédéao, des sanctions individuelles ont été prises contre les dirigeants guinéens. Leurs avoirs ont été gelés. Ils sont également interdits de voyager.

Une présence de trop de Mohamed Ibn Chambas

D’après les chefs d’Etat ouest africains la désignation de Mohamed Ibn Chambas comme médiateur en Guinée n’était pas fortuite. Elle devait servir à renforcer surtout le dialogue avec les autorités guinéennes. De plus, elle devait aboutir à un rapide retour à la normalité. Mais le colonel Mamadi Doumbouya n’est pas du même avis.

Pour le président de la transition guinéenne, il n’y a pas de crise interne qui requiert la présence de Mohamed Ibn Chambas en Guinée. « La nomination d’un envoyé spécial ne nous paraît ni opportun, ni urgent dans la mesure où aucune crise de nature à compromettre le cours normal de la transition n’est observée », a-t-il écrit.

Lire aussi: TRANSITION MALIENNE ET GUINÉENNE : LA CÉDÉAO PLUS IMPUISSANTE QUE JAMAIS 

Une transition en bonne progression

Par ailleurs, le leader guinéen estime que le processus de transition entamé est sur la bonne voie. Et les résultats déjà enregistrés le prouvent à suffisance. Il s’agit entre autres de la nomination d’un premier ministre, de la formation d’un gouvernement, sans oublier le respect de la charte de transition instauré. Seul écueil, aucun calendrier devant aboutir aux élections n’est connu.

« J’ai particulièrement noté la reconnaissance par le sommet des avancées enregistrées dans le déroulement du processus de transition en Guinée », a indiqué Mamadi Doumbouya. Quoi qu’il en soit, durant toute la phase transitoire, le gouvernement guinéen reste résolu à maintenir une coopération forte avec la Cédéao.

« Je tiens à vous réitérer mon engagement à tout mettre en œuvre pour poursuivre ce processus de manière inclusive et concertée, conformément aux dispositions de la charte de la transition, qui sert de Constitution provisoire », a rassuré Doumbouya.

Lire aussi: TRANSITION EN GUINÉE: LA CÉDÉAO RÉITÈRE SON ACCOMPAGNEMENT

El Professor

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.