Mali : les grandes lignes du discours de Assimi Goita à l’occasion des 60 ans d’indépendance


Mali , les grandes lignes du discours de Assimi Goita à l’occasion des 60 ans d’indépendance

La commémoration des 60 ans d’indépendance du Mali a été marquée par le discours de Assimi Goita, fraîchement désigné vice-président de la transition au Mali.  Le Président du Comité national pour le Salut du peuple CNSP, colonel Goita s’est exprimé à travers un discours à la Nation, axé sur trois points essentiels.

D’abord, le colonel Assimi Goita a promis au peuple malien de gagner la guerre contre le terrorisme. Ensuite, il a assuré de travailler pour la mise en œuvre intelligente et efficiente de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali. Enfin, il a inscrit la lutte contre la corruption dans son agenda.

La lutte contre le terrorisme au cœur du discours de Assimi Goita

Dès l’entame de son allocution, le colonel Goita a fait savoir que le Mali, après 60 ans, est confronté à plusieurs défis. En effet, le Mali peine à décoller et à s’inscrire sur la voie du développement. « Le Mali a été suffisamment éprouvé dans sa chair et dans son être par une crise multidimensionnelle », a-t-il déclaré.

Parmi tant de maux qui minent le Mali, le Colonel évoque l’insécurité. A l’en croire, l’insécurité au Mali ne date pas d’aujourd’hui. Malgré la détermination des forces de défense et de sécurité, le fléau n’est jamais éradiqué.

« En 2020 encore, l’insécurité prévaut sur une large partie du territoire national », a-t-il souligné. Il poursuit en disant que « Les Forces de Défense et de Sécurité se battent avec bravoure ».

« Mais les guerres asymétriques, (…) se gagnent difficilement. Elles se gagnent, dans la détermination et dans la résilience », a-t-il noté. Il ajoute ceci « je voudrais vous faire la promesse que nous gagnerons la guerre qui nous a été imposée ».

Le discours de Assimi Goita est revenu sur les récentes élections qui ont contribué au déclenchement de la crise socio politique au Mali. Le nouveau vice-président a réitéré sa volonté de veiller à ce que les élections à venir soient transparentes et sincères.

Le discours de Assimi Goita relève la nécessité de réconciliation et la lutte contre la corruption

Pour le colonel Goita, « La réconciliation est une nécessité pour l’avenir commun des Maliens ». Il a indiqué que « cette communauté de destin nous impose de transcender nos considérations personnelles, subjectives et partisanes ». Il promet donc de s’y atteler.

« Nous travaillerons à une mise en œuvre intelligente et efficiente de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali », a-t-il promis. Il se réfère à l’Accord issu du processus d’Alger en vue de créer les conditions optimales d’une paix durable. « Les conclusions du Dialogue National Inclusif seront mises en œuvre avec toute la diligence requise », a-t-il assuré.

Pour ce qui concerne l’action du CNSP, le 18 août dernier, Goita a précisé qu’elle « n’est point le résultat de l’aventurisme ». Et ceci, pour s’immiscer dans la vie publique politique. Pour lui, il s’agit plutôt de « la résultante du pourrissement de la situation socio-politique persistante dont l’acuité mettait en mal le tissu social ».

« Les hommes, (…) du CNSP, sont les enfants de cette nation, (…), capables (…), de se sacrifier pour l’intérêt général », a-t-il assuré.

le discours de Assimi Goita a aussi porté sur la lutte contre la corruption. Tout le monde sait que la corruption est un mal qui ronge la plupart des Etats y compris le Mali. D’ailleurs, le régime IBK a été taxé de corrompu.

« Nous travaillerons à ce que nul ne puisse impunément s’enrichir au détriment de l’Etat et des citoyens », a-t-il promis. Il a souligné que « nos institutions ne serviront plus (…), à se soustraire à la justice. »

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.