Côte d’ivoire : l’opposition dit non à l’offre politique d’Alassane Ouattara


Konan Bédié et Affi NGuessan, rejettent Alassane 

Konan Bédié et Affi NGuessan, rejettent la politique d’ Alassane Ouattara. En effet, ce jeudi 22 octobre 2020, l’opposition ivoirienne s’est enfin prononcée sur les concessions faites par le gouvernement. Les aménagements étaient relatifs à la composition de la Commission Electorale Indépendante (CEI).

Et comme l’on pouvait s’y attendre, l’opposition a décliné l’offre gouvernementale. Elle maintient dur comme fer son mot d’ordre qu’est la désobéissance civile. Cette position renforce une fois encore les tensions entre les acteurs impliqués dans le processus électoral. A quelques jours du fameux scrutin du 31 octobre, la Côte d’Ivoire semble s’enliser davantage dans une crise pré-électorale.

Konan Bédié et Affi NGuessan, rejettent la proposition d’Alassane

Malgré les compromis du gouvernement à l’endroit de l’opposition, celle-ci n’est pas du tout prête à céder. Alors les deux candidats Konan Bédié et Affi NGuessan les réfutent en toute totalité.

Ils affirment que la proposition d’un siège supplémentaire et de la vice-présidence accordée à l’opposition à la CEI ne répondent pas à leurs attentes. Car au cours de leur rencontre avec la CEDEAO, il n’a jamais été question d’octroyer un siège de plus. Alors elle réitère ses revendications sans lesquelles elle ne saurait participer aux élections prochaines.

Il s’agit prioritairement du retrait de la candidature d’Alassane Ouattara. L’opposition juge la candidature du président sortant illégitime. Elle exige donc la réforme de la CEI ainsi que celle du Conseil constitutionnel. A cela s’ajoute la libération des prisonniers et le retour des exilés.

Une incertitude à l’horizon

L’opposition irait-elle tout de même aux élections si rien n’est fait à temps ? Pour l’heure, le doute plane encore sur la stratégie réelle déployée par le vieux Bédié et ses collègues. Ces derniers ne veulent négocier qu’en présence de la CEDEAO.

Aussi, la présence en tant qu’observateur de Francis Behanzin, commissaire Paix et sécurité de la CEDEAO, n’a pas rassuré les contestataires. Pour Maurice Guikahué, secrétaire exécutif du PDCI, cette présence n’était pas un gage suffisant.

Par conséquent, l’opposition demande à l’organisation sous régionale une intervention plus soutenue. « Les candidats Konan Bédié et Affi NGuessan demandent à la CEDEAO de continuer son rôle de médiation et de facilitation dans le conflit ivoirien », a laissé entendre Maurice Guikahoué.

Lire aussi : Présidentielle en Guinée : Alpha Condé obtient la majorité absolue

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.