Fortes pluies à Madagascar : plusieurs régions de la Grande Île placées en vigilance


Fortes pluies à Madagascar : plusieurs régions de la Grande Île placées en vigilance

Menacées par de fortes pluies et ses dégâts, les populations malgaches sont appelées à prendre les mesures qui s’imposent pour éviter le pire. Dans cette optique, le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes ne cesse d’alerter sur les risques encourus face aux prévisions annoncées par la direction de la météorologie.

Soulignons que les fortes pluies aux conséquences désastreuses sont récurrentes à Madagascar. Six dépressions tropicales, tempêtes et cyclones ont touché l’île l’année dernière, faisant 206 morts et 460 000 sinistrés. Alors il y a de quoi s’alarmer en cette saison des pluies.

Lire Aussi: POLLUTION PLASTIQUE : MADAGASCAR ET D’AUTRES PAYS, TRÈS EXPOSÉS

Des consignes de vigilance contre ces fortes pluies

Selon la direction de la météorologie, dans les dans les régions de Sofia, Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra Mangoro et Analamanga et dans la region de la capitale, les fortes pluies à venir vont causer d’énormes dégâts. On peut citer entre autres de glissements de terrain, des risques de stagnation des eaux et des crues éclairs.

Par conséquent, vigilance doit prévaloir auprès des habitants de ces différentes régions. « Quoi qu’il en soit, l’attention particulière, la vigilance, est pour tout le monde parce que même dans les quartiers non inondables, on pourrait avoir affaire à des maisons déjà assez délabrées qui peuvent connaître des dégâts matériels et des dégâts humains. Il y a aussi des glissements de murs de soutènement qui sont vraiment à craindre », interpelle John Heriniandry Razafimandimby, le directeur du Centre d’études, de réflexion, de veille et d’orientation au niveau du BNGRC (Bureau national de gestion des risques et des catastrophes).

Nous avons mis à jour notre plan de contingence et organisé des exercices de simulation. A tous les niveaux administratifs, il y a des structures de gestion des risques et des catastrophes : dans les communes, districts et régions », rassure Mirana Miarimanana Razafimanantsoa directrice générale adjointe du BNGRC.

 

El Professor 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *