Crise humanitaire en Centrafrique: la situation se complique pour les populations


crise humanitaire en Centrafrique

La crise humanitaire en Centrafrique se fait sentir. La situation se complique.Suite aux différentes violences enregistrées dans les différentes villes du pays, la situation humanitaire des populations est plus que critique. Beaucoup pour fuir les affrontements de ces derniers jours ont trouvé refuge dans les églises.

Depuis mi-décembre, la Centrafrique fait face à une vague d’insécurité grandissante. Cette dernière est menée par la coalition des groupes rebelles (CPC). Elle tente à tout prix de renverser le gouvernement de Faustin Archange Touadéra par la force. Ceci malgré la présence de forces centrafricaines et leurs alliées. C’est-à-dire la Minusca, les forces russes et rwandaises.

Crise humanitaire en Centrafrique: des conditions de vie difficiles

Pour les milliers de personnes qui ont pu trouver refuge dans les églises, les conditions de vie sont plus que déplorables. Ils manquent de presque tout et sont nombreux à s’entasser dans un petit espace. Il y a vraiment une crise humanitaire en Centrafrique

« Il y a des problèmes d’eau et de nourriture et aussi de savon. Ce conflit ne finit jamais. Comment on peut vivre comme ça ? », s’est plainte Nadège, une refugié. Alors l’aide humanitaire se fait plus que pressant.

Malgré le dispositif mis en place pour répondre au besoin en eau, cette denrée vitale manque énormément. Difficile jusqu’à présent de s’en approvisionner.

Crise humanitaire en Centrafrique: un appel à l’aide

Pour monseigneur Gucwa, l’évêque de Bouar, assistance immédiate doit être portée à ces populations. Car dans ces conditions de vie assez rugueuses pour les populations, elles ne pourront tenir longtemps. Surtout si on s’en tient au fait que les besoins diverses sont énormes.

« Les gens souffrent vraiment. C’est vrai qu’il y a une assistance de certaines organisations humanitaires, mais dans l’ensemble les gens souffrent, ils vivent dans les conditions difficiles », a fait savoir monseigneur Gucwa.

En raison de l’insécurité dans plusieurs régions du pays, il est encore difficile pour les humanitaires d’apporter l’assistance nécessaire aux populations.

Lire aussi : CENTRAFRIQUE : LES POPULATIONS FUIENT LES VIOLENCES

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.