Centre culturel francophone au Rwanda : symbole de la normalisation des relations avec Paris


Centre culturel francophone au Rwanda : symbole de la normalisation des relations avec Paris

Un nouveau centre culturel francophone vient d’ouvrir ses portes à Kigali. En effet le président français au cours de sa visite au Rwanda a inauguré jeudi, ce centre qu’il a présenté comme un symbole de « la nouvelle relation » entre la France et le Rwanda.

Dix jours après avoir reçu son homologue rwandais à Paris, le président français, Emmanuel Macron, a effectué ce jeudi 27 mai une visite à Kigali décrite par l’Élysée comme l’« étape finale de normalisation des relations ». Il a tenu un discours au Mémorial de Kigali avant d’inaugurer le nouveau centre culturel francophone de Kigali.

Le nouveau centre culturel francophone de Kigali

Sept ans après la fermeture de l’ancien Institut français au Rwanda, dont le terrain a été confisqué par la municipalité, officiellement, pour non-respect du plan d’urbanisme ; l’inauguration d’un nouveau centre culturel francophone a été faite jeudi par Macron en visite à Kigali.

Après avoir tenu un discours devant le mémorial de Kigali, discours dans lequel, Macron reconnait des « responsabilités » de la France dans le génocide des Tutsi, l’étape suivante a été d’inaugurer ce centre qui « aura vocation à faire rayonner non seulement la culture française, mais aussi toutes les ressources de la francophonie, notamment des artistes de la région » selon l’Elysée.

Le centre culturel francophone, non spécifiquement français, situé dans le centre de la capitale rwandaise, « va être un lieu partagé pour la francophonie, pas simplement de la France et du français » a déclaré le président français. Il a réaffirmé que l’Afrique était « le véritable centre de la francophonie » pour faire du français « une langue de reconquête, modernisée, qui s’enrichit de ses échanges avec l’anglais ».

Pour rappel c’est en 2008 que Paul Kagamé a décrété l’anglais comme langue de l’enseignement scolaire à la place du français. Si la normalisation des relations devient plus concrète, le chemin a été long depuis 1994, date du génocide et de la dégradation des relations entre les deux pays.

Plusieurs étapes dans la normalisation des relations

L’ouverture du Centre culturel francophone de Kigali marque le retour de la langue de Molière au Rwanda. Ce retour n’a pas été facilité par les présidents français qui se sont succédés depuis 1994. C’est avec Nicolas Sarkozy que la normalisation a commencé par voir le bout du tunnel.

La normalisation est devenue plus concrète avec Emmanuel Macron qui rencontrera le président rwandais à différentes occasions. Mais le geste fort qu’il posera est le soutien de la France à la candidature de l’ancienne ministre rwandaise des affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, à la tête de l’OIF en 2018. Mais aussi, tout récemment, la création de la commission Duclert, avec une ouverture totale des archives de l’Etat. Il y a aussi l’arrestation de Félicien Kabuga, considéré comme le financier du génocide.

Même si dans son discours, Emmanuel Macron n’a pas présenté des excuses de la France, la reconnaissance des responsabilités de celle-ci dans le génocide, ainsi que l’inauguration du centre culturel francophone de Kigali montrent que la page est en train d’être tournée. Face à la langue française, en perdition au Rwanda, le symbole de ce centre culturel francophone de Kigali est patent.

Outre ce centre, de nouveaux accords ont été signés entre les deux pays selon agenceecofin.com ; et le chef d’Etat français a annoncé qu’un ambassadeur serait bientôt nommé au Rwanda, après 6 ans d’absence. « Le poste demeure vacant et la normalisation de notre relation ne pouvait s’envisager sans cette étape », a-t-il déclaré.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.