Acquittement de Laurent Gbagbo : la chambre d’appel de la CPI confirme


Acquittement de Laurent Gbagbo : la chambre d’appel de la CPI confirme

La décision de l’acquittement de Laurent Gbagbo, ex président ivoirien, et de son ministre de la jeunesse, Charles Blé Goudé, est tombée ce mercredi 31 mars. Leur acquittement est confirmé par la chambre d’appel de la Cour pénal international (CPI).

Laurent Gbagbo et Blé GoudéLa chambre d’appel de la CPI a statué sur l’acquittement de Laurent Gbagbo, prononcé en première instance le 15 janvier 2019. Il était poursuivi pour crimes contre l’humanité liés aux violences post-électorales en 2010 et 2011.

Charles Blé Goudé, ex-chef du mouvement des Jeunes patriotes, avec qui il était poursuivi, est également acquitté. Cette confirmation de l’acquittement ouvre la voie au retour de l’ancien président ivoirien et de Blé Goudé en Côte d’Ivoire.

Acquittement de Laurent Gbagbo, ouf à Abidjan

Au terme d’un long exposé au cours duquel il est revenu sur les différentes étapes de la procédure, le Nigérian Chile Eboe-Osuji, président de la chambre d’appel de la Cour pénale internationale et ancien président de la CPI, a confirmé l’acquittement de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé.

Accusés de quatre chefs de crimes contre l’humanité (meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains) Laurent Gbagbo,Bensouda et Gbagbo 75 ans, et Charles Blé Goudé surnommé « Le Général de la rue », ont été acquittés en janvier 2019 et libérés sous conditions un mois plus tard. Les juges avaient alors pointé le manque de preuves de l’accusation.

La procureure générale sortante de la Cour, Fatou Bensouda, avait interjeté appel en septembre 2019, huit mois après l’acquittement, sur le motif que les magistrats n’avaient pas rendu une décision motivée en bonne et due forme et avaient commis des erreurs de droit et de procédure.

« A la majorité, la chambre d’appel rejette […] l’appel du procureur et confirme la décision de la chambre de première instance ». Par ces mots, le président de la cour d’appel a pris le revers de la procureure et a mis un terme a la procédure qui dure depuis une dizaine d’années déjà.

 

Et c’est, les deux pouces en l’air, en signe de joie et de victoire, que Laurent Gbagbo a accueilli l’énoncé du jugement de la chambre d’appel de la Cour pénale internationale. A la fin de l’audience, il s’est levé et a applaudi, tandis que M. Blé Goudé a légèrement secoué ses poings en signe de victoire.

Retour au pays après l’acquittement

Président de 2000 à 2010, M. Gbagbo, toujours très populaire en Côte d’Ivoire, n’a cessé d’afficher son désir de retourner en Côte d’Ivoire. Acquittés en 2019, mais pas complètement libres, Gbagbo et Blé Goudé doivent rester à proximité de la CPI et demeurer à sa disposition. L’ancien chef de l’État s’installe donc à Bruxelles, où il réside jusqu’à présent avec sa femme. Charles Blé Goudé, lui, fait le choix de rester à La Haye.

Simone GbagboAu même moment, dans son pays, des tractations se tenaient en coulisse pour leur retour, surtout après l’allègement de leur régime de liberté conditionnelle en 2020. En possession, selon son avocate, de deux passeports, un ordinaire et un diplomatique, remis par les autorités ivoiriennes, l’ex-président avait annoncé, en décembre, son désir de rentrer en Côte d’Ivoire.

Et pourtant son comeback a été sans cesse reporté, se heurtant à un manque de volonté des dirigeants de son pays.

 

Avec l’acquittement de Laurent Gbagbo et de Blé Goudé, de manière définitive, plus rien ne les retient dans leur pays d’accueil. La voie est ouverte à un retour effectif des deux hommes politiques, surtout après l’ouverture affichée par les autorités ivoiriennes à la suite des élections présidentielles d’octobre dernier.

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.