Terrorisme en Somalie : « l’hôtel Afrik », pris d’assaut par le groupe islamiste des Shebabs


Terrorisme en Somalie : « l’hôtel Afrik », pris d’assaut par le groupe islamiste des Shebabs

Le terrorisme en Somalie prend de l’ampleur. Mogadiscio, la capitale somalienne, a été le week-end dernier, le théâtre d’un nouveau drame. En effet, l’hôtel Afrik, un lieu très fréquenté par des officiels somaliens a été attaqué par le groupe islamiste des Shebabs. Plusieurs personnes y ont donc perdu la vie et la liste des blessés est tout aussi longue.

A quelques mois des élections en Somalie, le pays est confronté à une nouvelle vague d’insécurité. Ce qui fragilise d’ores et déjà le processus en cours sérieusement miné par des divergences d’opinions. Car le gouvernement fédéral et les Etats fédéraux du pays ont du mal à se mettre d’accord.

Terrorisme en Somalie, une attaque meurtrière

Pour commettre leur forfaiture, les islamistes Shebabs ont procédé par voiture piégée. Cette dernière a été utilisée pour percuter l’entrée de l’hôtel Afrik. S’en est donc suivi son explosion quelques minutes plus tard. « Il y a eu une autre explosion après la première grosse explosion », a rapporté Osman Saadaq, un témoin.

Alors les agresseurs ont profité du chao semé pour entrer à l’intérieur du bâtiment. Des échanges de tirs nourris ont donc eu lieu entre les terroristes et les forces de sécurité. Selon les sources sécuritaires, trois personnes au moins sont mortes et six blessés. L’attaque a eu lieu aux environ de 17 heures.

Une riposte adéquate face au terrorisme en Somalie

Pour contenir cette attaque revendiquée par le groupe islamiste des Shebabs, les forces de l’ordre ont vite été déployées sur le lieu de l’incident. Dans la soirée, l’hôtel Afrik et ses alentours ont été rapidement bouclée par les forces armées somaliennes. De quoi rassurer les populations et neutraliser les comploteurs à l’origine du terrorisme en Somalie.

S’agissant des hauts responsables militaires présents dans le bâtiment, ils ont été secourus voire extraits de l’immeuble. « Nous pensons qu’il y a trois terroristes retranchés dans une pièce à l’étage inférieur du bâtiment principal. Mais malheureusement il y a toujours des civils coincés à l’intérieur », a fait savoir Mohamed Dahir, responsable de l’agence nationale de sécurité.

Lire aussi : NIGERIA / TERRORISME : L’ARMÉE RÉFUTE TOUTE PRISE DE SA BASE DE MARTE PAR LES DJIHADISTES

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.