Terrorisme au Niger : les populations sont encore sous le choc


Terrorisme au Niger : les populations sous le choc

Suite au terrorisme au Niger notamment de Tchoma Bangou et Zaroumadareye, les populations sont encore sous le choc. Pour éviter de nouvelles représailles, elles ont préféré fuir la région. C’est la triste réalité qu’ont constaté le gouvernement nigérien et des acteurs humanitaires.

Les attaques du samedi dernier, dans cette région de Tillabéry, au sud-est du Niger, ont fait 105 morts ainsi que de nombreux blessés. Les autorités nigériennes attribuent ces actes de barbarie aux groupes djihadistes qui opèrent souvent dans la région. Le Niger tout comme les autres pays de la sous-région ouest africaine est sérieusement confrontée à une dégradation de sa situation sécuritaire. Les attaques de groupes de djihadistes ne cessent de se multiplier.

Le terrorisme au Niger

Pour fuir l’intensité des violences du terrorisme au Niger, les populations ont trouvé refuge dans les villages environnants. Ils sont donc plus de 10 000 personnes à quitter leur localité craignant pour leur vie. En gros, il s’agit de plus de 1 500 foyers, soit douze villages qui ont été vidés délibérément.

Selon Jean Sébastien Josset, porte-parole du Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) au Niger, les habitants sont partis en laissant tout derrière eux. Ils ont tout abandonné, alors aujourd’hui ils manquent de presque tout. Plus inquiétant leur lieu de refuge n’est pas non plus assez sécurisé.

Une situation sécuritaire précaire

Malgré le dispositif sécuritaire déployé par les autorités nigériennes, la menace djihadiste plane toujours sur les populations. Il en est de même pour ceux qui ont trouvé refuge à Mangaizé, un village situé à 45 kilomètres au nord de Ouallam.

Ces derniers mois, il est clairement constaté une virulence accrue de ces groupes terroristes. Aussi leur force de nuisance a aussi doublé. Leur mode opératoire a également changé. Et ce sont les populations qui paient le prix fort. Face à cette extrême dégradation de leur situation sécuritaire les populations exigent une meilleure protection.

Lire aussi : NIGER : TROIS JOURS DE DEUIL NATIONAL DÉCRÉTÉS

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *