Burkina Faso : de lourdes charges sur les épaules du président réélu Roch Marc Christian Kaboré


Roch Marc Christian Kaboré

Le président Roch Marc Christian Kaboré, fraichement élu pour un second mandat de cinq ans a d’énormes défis à relever. C’est à dire qu’un vaste chantier d’obligations l’attend pour répondre aux besoins et attentes des burkinabè.

Selon les résultats provisoires annoncés par la CENI, Roch Marc Christian Kaboré s’est imposé avec 57,87% des voix et ce dès le premier tour de la présidentielle. Il est directement suivi par le candidat de l’ancien parti au pouvoir (CDP), Eddie Komboïgo. Celui-ci a obtenu 15,48% des suffrages et occupe donc la deuxième place. Le chef de file de l’opposition, Zéphirin Diabré quant à lui, s’octroie la troisième place avec un peu plus de 12% des voix. Le président réélu aura donc fort à faire pour assurer la prospérité continue du pays.

Priorité à la sécurité

Face à la montée et la récurrence des attaques terroristes dans certaines localités du pays, l’un des grands chantiers prioritaires de Roch Marc Christian Kaboré sera celui de l’insécurité. Il promet d’ores et déjà de renforcer les capacités opérationnelles des Forces de Défense et de Sécurité.

« Je voudrais dire que tout ce qui concerne les questions sécuritaires, sont des questions pertinentes sur lesquelles nous allons nous atteler très rapidement », a déclaré le président Roch Marc Christian Kaboré. Alors, il invite tout le peuple burkinabé à rester uni et solidaire face au terrorisme.

Car c’est assurément de cette façon que le pari de la sécurité et de la stabilité du pays peut être gagné. Sans ce préalable, les violences perpétrées le plus souvent par les groupes terroristes continueraient d’être l’un des principaux facteurs d’instabilité sociale et politique.

Place à la réconciliation nationale

Pour mieux œuvrer à l’amélioration des conditions de vie de ses concitoyens, le chef de l’État entend être le président de tous les Burkinabè, sans exception. Ceci tient du fait que le pays a été assez meurtri par d’énormes frictions sociales. Alors le tissu social doit être revitalisé en ces différents points.

« Je suis profondément attaché à la concertation et au dialogue permanent pour affronter les défis majeurs qui se dressent devant nous et qui demeurent nos priorités », a laissé entendre Roch Marc Kaboré. Ce qui laisse présager que le président tend la main à ses adversaires avec qui il pourrait diriger le pays.

D’autres questions comme la santé, la relance de l’économie, le développement ainsi que le retour des exilés font également partie de ses préoccupations. Il s’activera donc dans les années à venir de dérouler son programme de campagne.

Lire aussi : PRÉSIDENTIELLE AU BURKINA FASO : ROCH MARC CHRISTIAN KABORÉ RÉÉLU DÈS LE PREMIER TOUR

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *