Côte d’ivoire : l’augmentation du prix de l’huile suspendue


prix de l'huile

Le prix de l’huile en Cote d’Ivoire ces derniers jours, est en hausse. Mais cette augmentation de prix de l’huile a suscité le mécontentement des consommateurs. Alors, le gouvernement ivoirien est entré au plus vite en concertation avec les industriels pour trouver une solution.

Selon le gouvernement, cette hausse de prix de l’huile en Cote d’Ivoire est liée à une hausse des cours mondiaux de l’huile de palme. Alors sur le marché ivoirien, le prix de l’huile est passé de 1 450 à 1 700 francs pour la bouteille d’un litre et demi. S’agissant du bidon de 25 litres, le consommateur devra payer 24 500 au lieu de 20 000 francs auparavant, soit une fluctuation de 12 à 17%.

Un accord bénéfique pour la chute du prix de l’huile en Cote d’Ivoire

Avec les industriels, un accord bénéfique a été trouvé pour le plus grand bien des consommateurs. Le gouvernement a demandé aux industriels de l’huile de table raffinée, de suspendre la décision d’augmentation de prix. Et la démarche a été bien accueillie.

« Lorsque le comité sera mis en place, si la hausse des cours à l’international se poursuit, il y a différents mécanismes qui peuvent être utilisés », a indiqué ministre du Commerce et de l’Industrie Souleymane Diarrassouba.
Quoi qu’il en soit, des mesures seront prises par l’Etat pour pouvoir maîtriser les effets de cette hausse de prix de l’huile en Cote d’Ivoire sur le pouvoir d’achat des consommateurs.

Une nouvelle réjouissante

Pour les consommateurs, cette suspension de l’augmentation du prix est plus qu’intéressante. Car l’huile joue un rôle crucial dans la cuisine pour plusieurs ménages. Alors cette nouvelle est vraiment réjouissante.

« Quand nous irons à la boutique, et qu’on se rendra compte que ce n’est pas fait, nous avons des mécanismes pour joindre le Conseil national de lutte contre la vie chère », a fait savoir Jean-Baptiste Koffi, de la Confédération des Organisations de Consommateurs de Côte d’Ivoire.

Il espère ainsi faire remonter les informations à la Direction générale du Commerce de l’Intérieur en cas de non-respect observé chez certains vendeurs.

Lire aussi : CÔTE D’IVOIRE : ALBERT MABRI TOIKEUSSE SORT ENFIN DE SA CACHETTE

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.