Côte d’Ivoire : Prison à vie pour Guillaume Soro, président du GPS


president du GPS

Le président du GPS (Générations et Peuples Solidaires), Guillaume Soro, vient d’être cloué sur la croix de la justice ivoirienne. Il a été condamné à la prison à vie. C’est ce qui ressort de la récente décision rendue par le tribunal criminel d’Abidjan.

En effet, l’ancien premier ministre et président de l’assemblée nationale ivoirienne a été jugé en son absence et condamné à perpétuité. La justice reproche au président du GPS ainsi qu’à 19 de ses proches d’avoir fomenté un complot contre l’autorité de l’Etat. Par conséquent, cette tentative ne peut rester impunie. De plus, le procureur a exigé une ferme sanction contre eux.

Une lourde peine pour le président du GPS et ses compagnons

Contre Guillaume Soro et ses compagnons, la justice de Côte d’Ivoire à prononcer de lourdes peines. Le président du GPS devra passer le restant de sa vie en prison. Quant à son avocate Affoussy Bamba, son directeur de protocole Soul to Soul, tous sont condamnés à 20 ans de prison. Il en est de même pour les militaires de sa garde rapprochée.

Certains ont tout de même eu des peines légères. C’est le cas notamment de l’ancien ministre et ex-député Alain Lobognon qui écope de 17 mois de prison pour troubles à l’ordre public. Outre cela, la justice ivoirienne exige la dissolution de son parti le GPS. Les inculpés devraient aussi verser des dommages et intérêts à hauteur d’un milliard de FCFA. Une somme à payer solidairement.

A lire aussi: https://linvestigateurafricain.com/un-nouveau-proces-contre-soro/

Une sanction rejetée

Pour Guillaume Soro, président du GPS, cette condamnation n’est qu’instrumentalisation de la justice ivoirienne. Alors il la rejette formellement. « Je rejette totalement ces verdicts iniques, prononcés en dehors de toutes les règles de droit et dictés par des considérations d’ordre politique », avait-t-il réagi sur les réseaux sociaux à travers un communiqué.

Il estime par ailleurs, qu’il s’agit pour la énième fois d’un stratagème visant à l’écarter définitivement du jeu politique en Côte d’ivoire. Alors il n’est pas prêt à renoncer de sitôt à ce combat. « Ces verdicts viennent renforcer ma conviction qu’il faut se battre courageusement et sans faiblesse contre la captation de l’Etat ivoirien et la mise sous tutelle de toutes ses institutions », a déclaré le président du GPS.

A lire aussi: https://linvestigateurafricain.com/le-proces-de-guillaume-soro-reporte/

Tony AMETEPE

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *