Togo : le Port autonome de Lomé accueille le plus grand navire et le plus moderne en Afrique


Port autonome de Lome

Au Port autonome de Lomé (PAL), le plus grand navire, MSC JOSSELINE, sorti des chantiers navals en mai 2019 a accosté. Ceci grâce aux multiples atouts dont regorge le Port autonome de Lomé. Des atouts qui permettent au pays d’attirer davantage plus d’investisseurs.

Le navire MSC JOSSELINE est le plus grand venant à Lomé avec 366m et une capacité nominale de 14300 teus. Il est surtout le plus moderne jamais venu dans le pays.

MSC JOSSELINE, le plus grand navire

En effet, grâce à ces multiples atouts, les responsables de la compagnie Mediterranean Shipping Company (MSC) veulent faire du Port autonome de Lomé, un « hub unique ». Il sera le seul arrêt en Afrique de l’Ouest pour ses navires en provenance d’Asie.

En effet, utiliser les navires de grande capacité nous donne un avantage certain en matière de coût, souligne les responsables de MSC.

Déjà pionnière en matière de transbordement à Las Palmas et à San Pedro, MSC est la première compagnie maritime à pousser aussi loin le concept de hub unique en Afrique. Le Port autonome de Lomé représente une nouvelle génération de port en Afrique, avec des normes équivalentes à celles des grands terminaux d’Asie ou d’Europe.

D’énormes potentialités pour le Port autonome de Lomé

Engagé dans l’amélioration de son climat des affaires et la modernisation du Port autonome de Lomé qui est un secteur clé dans l’économie togolaise, les pouvoirs publics togolais ont hissé le PAL dans les normes internationales. De la dématérialisation des procédures administratives à la sécurité portuaire, le PAL a de quoi séduire les investisseurs.

Ainsi, son atout en eau profonde lui permet d’accueillir les plus grands navires dans la sous-région. Ces dix (10) dernières années, le PAL a connu une mutation progressive de ses infrastructures. Avec des infrastructures modernes et performantes, le Port de Lomé s’affiche, aujourd’hui, comme le plus moderne de la sous-région ouest-africaine.

Ces infrastructures font partie des meilleurs au plan continental. « Cette performance est la résultante d’une volonté politique affirmée, qui a su allier discrétion et efficacité dans sa stratégie d’attrait de capitaux à travers les partenariats Public/Privés », indiquent les autorités portuaires.

Lire aussi : https://linvestigateurafricain.com/mali-pourquoi-la-cedeao-tarde-t-elle-a-lever-lembargo/

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.