Sécurité: « Pas de Wagner en Centrafrique », dément Touadéra


« Pas de Wagner en Centrafrique », dément Touadéra

Y a-t-il des mercenaires de Wagner en Centrafrique ? A cette question que bon nombre de personnes se posent depuis un certain temps, le président centrafricain Touadéra a enfin apporté des réponses claires. C’était au cours d’une interview accordée aux confrères de Radio France Internationale (RFI), hier vendredi 15 octobre 2021.

Selon les allégations, les soldats de Wagner en Centrafrique, seraient environ 2000. Ils sont déployés dans la capitale Bangui, ses alentours voire dans tout le pays. Depuis décembre 2020, les forces russes apportent un soutien non négligeable aux autorités centrafricaines afin de mettre hors d’état de nuire les rebelles de la CPC (Coalition des patriotes pour le changement).

Wagner en Centrafrique, que des rumeurs

Selon le président Faustin-Archange Touadéra, la présence de mercenaires russes de Wagner en Centrafrique n’est qu’un tissu de ragots colportés ci et là. En réalité, les forces armées centrafricaines bénéficient du soutien des soldats russes. En conséquence, Wagner en Centrafrique serait une totale méprise sur la réalité. Cette intervention des soldats russes, est le fruit d’une collaboration nourrie entre la Centrafrique et la Russie.

« Les Russes sont en Centrafrique. Ils sont venus nous appuyer », a clarifié le président Touadéra. Pour ce qui est de la société privée russe Wagner, il n’en est strictement rien. « Je n’ai pas signé quoi que ce soit avec Wagner. Moi, je me suis adressé aux autorités russes », a formellement exprimé le président Touadéra. Et de poursuivre « je ne vois pas de Wagner ici ».

Pour ce qui est des exactions commises par les forces russes et centrafricaines, une enquête a été ouverte afin de situer les responsabilités. « Si les choses sont avérées, bien entendu la justice conformément à la loi, aux réglementations en vigueur, ils seront punis. Mais, pour l’instant, on n’a pas encore dégagé les responsabilités. Aujourd’hui, il y a eu des allégations », a souligné Touadéra.

Lire aussi: CENTRAFRIQUE : 600 INSTRUCTEURS RUSSES EN APPUI AUX FACA

Un appel pressant à d’autres partenaires

Dans son message, le président Touadéra a rappelé la vitalité pour son gouvernement de se tourner vers d’autres partenaires. Cette démarche était quasiment nécessaire pour protéger le pays et sauver les populations des mains des rebelles qui semaient la terreur et le chao. Plus grave, les règles d’engagement des partenaires militaires présents dans le pays ne permettaient pas de stopper l’effrayante avancée des rebelles. C’est le cas notamment de la Minusca (Mission des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique).

« Cette rébellion [CPC] s’est développée et était en train de déstabiliser les institutions de la République », a rappelé Faustin Touadéra. Et de renchérir, « en tant que président de la République, que devais-je faire ? Laisser la CPC déstabiliser le pays ? J’ai dû faire appel à tous les moyens possibles pour garantir la sécurité des citoyens centrafricains et de ceux qui sont sur le territoire centrafricain. »

Alors, s’il y a une chose évidente à retenir, c’est qu’il n’y a pas de mercenaires de Wagner en Centrafrique. Seuls sont présents les soldats et instructeurs russes conformément aux accords de coopération existants entre la Centrafrique et la Russie.

Lire aussi: AFFAIRE WAGNER : POURQUOI CETTE DÉFERLANTE DE PRESSION SUR LES AUTORITÉS MALIENNES ?

 

El Professor

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.