Sénégal : échauffourées entre les partisans de Sonko et ceux du quartier de Boucotte


Sénégal : échauffourées entre les partisans de Sonko et ceux du quartier de Boucotte

A quelques mois des prochaines élections locales au Sénégal, le climat politique reste très tendu. Le récent affrontement entre partisans de Sonko et ceux de Doudou Ka, illustre à juste propos cet état d’esprit. C’était lundi 11 octobre dernier à Ziguinchor en Casamance, dans le sud du pays. Dans les deux camps, les rivalités ont fait plusieurs blessés.

Selon les faits, Ousmane Sonko, leader du parti d’opposition le Pastef, était allé à la rencontre d’une union des commerçants à Ziguinchor. Malheureusement, celle-ci se trouve en face du domicile familial de Doudou Ka, issu de la mouvance présidentielle.

Une provocation des partisans de Sonko

D’après Bassirou Sagna, directeur de cabinet de Doudou Ka, les récentes violences étaient quasiment prévisibles entre les deux parties. Mais le pire c’est que ce nouveau drame soit issu d’une provocation de la part des partisans de Sonko. « Qu’il y ait eu des échauffourées entre les partisans de Sonko et ceux du quartier de Boucotte, cela était inévitable », a-t-il expliqué.

Dans le camp Doudou Ka, il s’agit bel et bien d’un affront voire un acte déliré de l’opposant Sonko. « Il se trouve que Sonko et son mouvement ont eu l’idée de se présenter devant chez Doudou Ka, dans une provocation directe et délibérée pour tenir une réunion avec une seule personne », accuse Bassirou Sagna.

Une grave menace sur la paix et la stabilité du Sénégal

Conséquences des affrontements entre partisans de Sonko et Doudou Ka, une dizaine de blessés. Dans le camp d’Ousmane Sonko, on déplore deux blessés à l’arme blanche se retrouvant dans un état grave. De son coté, Ousmane Sonko rejette la faute de ces violences sur les éléments de Doudou Ka et dénonce l’attitude peu professionnelle de la police nationale.

Les acteurs politiques pour leur part, invitent les autorités à faire la lumière au plus vite sur cet évènement et à sanctionner les fauteurs de troubles. C’est ce à quoi s’attend principalement l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye.

La coalition de l’opposition Yewwi Askan Wi, quant à elle, a fermement condamné ces violences. Elle estime par ailleurs, que cette agression est un précédent dangereux et une grave menace sur la paix et la stabilité du Sénégal.

A lire aussi : SÉNÉGAL : LA NAISSANCE D’UNE GRANDE COALITION D’OPPOSITION ÉBRANLE MACKY SALL

Sandrine A

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.