[TRIBUNE] Paradoxe Covid-19 : l’Afrique triomphe de la pandémie quand les grandes puissances se cherchent


TRIBUNE-Covid-19-au-Togo-une-lutte-efficacement-sans-bruit-1

Guy-victoire Kanikatoma SANBENA

Expert ès qualités en Gestion des Projets Agrée près es cours et tribunaux du Togo

Consultant en Communication institutionnelle

Le Paradoxe Covid-19 montre plutôt le triomphe de l’Afrique devant la pandémie quand les grandes puissances se cherchent. En effet, la crise sanitaire de la Covid-19 n’a épargné aucun Etat. Ramassant tout sur son passage, tous les Etats, petits et grands, ont développé des mesures idoines pour la contenir. Une gestion certes délicate. Chose curieuse, au moment où les grandes puissances et en particulier l’OMS ont prédit des jours sombres pour le Continent africain, c’est le contraire qui se produit.

Ce qui revient à poser la question de savoir si le salut ne viendrait pas de l’Afrique. Une réponse positive qui illustre à suffisance la meilleure gestion de la pandémie par les dirigeants africains que leurs homologues européens et asiatiques.

La faiblesse des grandes puissances, le paradoxe covid-19

L’arrivée non-prévue de la pandémie liée à la Covid-19 a surpris même les « grandes puissances économiques mondiales ». Certes, l’Afrique aussi a été secouée. Mais, comme les grandes puissances, les mesures ont été prises pour juguler le mal. Entre autres mesures, on cite la distanciation sociale, le port de masques, le lavage des mains.

Même si l’Afrique a été réputée pour la mauvaise qualité de ses infrastructures hospitalières, les chefs d’Etats africains ont vite renversé la tendance. Les infrastructures de dernière génération ont été mises en place. Surtout la prise en charge des personnes infectées grâce au Test PCR.

Mais là où l’Afrique a largement dominé les grandes puissances, c’est dans le transport aérien, un paradoxe covid-19. En effet, au moment où l’Afrique respecte scrupuleusement les mesures en matière du transport aérien, certaines grandes compagnies européennes et asiatiques étaient hypocrites. Il suffit juste de prendre certains vols pour s’en convaincre. Surtout pour ceux qui voyagent en classe Economique. Au final, on en déduit qu’au-delà des formalités, le reste n’est que peine perdue.

A quoi servirait-il de porter un masque dans un avion, lorsqu’on sait que 45 minutes plus tard un déjeuner serait servi. Et que tous les passagers de l’avion au même moment vont tous enlever leurs masques. Or, les statistiques prouvent qu’en Afrique la majorité des personnes contaminées sont des voyageurs, soit leurs personnes contacts.

Ceci suscite plusieurs interrogations .

Comment pourrait-on justifier le fait que les tests soient exigés dans tous les aéroports au départ ainsi qu’à l’arrivée et qu’on finisse par enregistrer des cas positifs ? Il faut quitter l’Afrique pour l’Asie ou le moyen orient et la réponse s’imposera tout naturellement à vous. Entre avions remplis à fond, toilettes uniques pour chaque zone, ne pas s’infecter reste une grâce. Ce qui n’est pas le cas dans l’espace aérien africain.

Et si les autres continents s’appuyaient sur l’expertise africaine, le paradoxe covid-19

Dire que le continent africain est définitivement épargné de la pandémie serait faire preuve de manque de réalisme, le paradoxe covid-19. Mais, les dispositions prises ou mieux l’expertise africaine de gestion de la pandémie mérite non seulement d’être saluée mais aussi sollicitée.

En effet, dès les premières heures, des mesures urgentes ont été prises par les dirigeants africains pour lutter efficacement contre le mal. C’est d’ailleurs compte tenu de l’évolution de la situation que les dirigeants africains ont décidé de reprendre les activités aériennes.

Sans complaisance, toutes les dispositions ont été prises. Il suffit juste de prendre l’exemple du Togo pour se rendre compte que dans l’espace africain, ces compagnies ont pris de nouvelles mesures de distanciation plus avancées. D’où l’appréciation que l’on pourrait avoir du travail abattu par les chefs d’Etats africains et les compagnies sur le territoire.

Ah oui, l’Afrique s’en sort mieux que les grandes puissances, le paradoxe covid-19.

Au moment où dans la plupart des Etats africains, les activités ont repris, certaines grandes puissances se reconfinent. D’ailleurs, en matière de bataille médiatique sur la Covid-19, l’Afrique a pris le dessus au moment où, les plus meurtris à travers les médias essaient de porter un masque sur les yeux.

Dans ce jeu médiatique, l’Afrique peut jouer gros. Disposant d’un atout que constitue sa population plus résistante au virus, l’Afrique devrait naturellement mettre en place des programmes de secours et d’aide humanitaire. Ceci, afin de secourir le vieux continent et venir en aide au continent américain. Cette solidarité médiatisée à grande échelle ne saurait être une nouvelle pratique dans la gestion de crise. La preuve n’est pas à chercher loin. Il s’agissait de la gestion de la crise hémorragique à virus Ebola entre 2014-2016, où l’Afrique a gagné la bataille.

Lire aussi : [TRIBUNE] ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES ET DÉSINFORMATION

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.