Quand l’enfer s’invite dans les locaux de Orange en Centrafrique


Quand l’enfer s’invite dans les locaux de Orange en Centrafrique

Les locaux d’Orange en Centrafrique, ont reçu la visite des flammes dans la soirée du dimanche 6 juin 2021. L’incendie a presque tout détruit. En conséquence, les usagers de l’opérateur Orange sont pour le moment privés d’internet et de téléphone. Ils vont devoir attendre que les services soient de nouveau rétablis.

Pour l’heure, l’attention des responsables de Orange en Centrafrique est tournée vers la prise de conscience quant à l’ampleur des dégâts. Aussi, il est question pour eux de réfléchir aux pistes de solutions éventuelles pouvant mener à une reprise rapide des activités.

Orange en Centrafrique en cendre

En attendant la découverte de l’origine de cet incendie dans les locaux de Orange en Centrafrique, c’est sous un œil impuissant que les salariés constatent les dégâts. Que ce soit le cœur de réseau, les installations radio et le centre des données, tous ont été ravagés. Rien n’a vraiment pu résister à la fureur des flammes.

« Le feu a fait des ravages en détruisant la plupart des équipements. L’ensemble du réseau Orange de Centrafrique est hors service », a indiqué Régis Delière, le directeur de Orange en Centrafrique. Alors pour tout remettre en service, cela va nécessiter un investissement important.

Une reprise de service difficile

Pour répondre à nouveau aux besoins de leurs 830 000 abonnés, les responsables de l’opérateur de téléphonie vont devoir faire des efforts colossaux. « Ce sont des coûts gigantesques et des années de travail pour construire un équipement comme celui-là. Donc, renouveler tout cela, ça coûte beaucoup d’argent », a déploré Régis Delière.

« Nous sommes dans l’incapacité d’assurer les services à nos clients, pour l’instant », avait-il rajouté. Alors le rétablissement des services devrait s’étendre à des semaines pour les abonnés. Ceci du fait qu’il est crucial de déterminer l’origine exacte du départ du feu sous l’œil avisé d’un expert. Pour l’instant il est encore difficile de se prononcer sur ce point.

Tony AMETEPE

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.