Nouveau sommet Afrique-France : les chefs d’Etat africains exclus


Nouveau sommet Afrique-France : les chefs d’Etat africains exclus

Le 8 octobre 2021, se tiendra à Montpellier, un sommet Afrique-France d’un genre particulier et totalement nouveau. C’est-à-dire, un sommet Afrique-France sans aucun chef d’Etat Africain. Ce qui dénote une édition empreinte d’une nouvelle vision des relations entre les deux partenaires.

Cette façon atypique d’appréhender les choses marque déjà une forte rupture avec les pratiques usuelles. Ceci dit, le nouveau sommet Afrique-France sera exclusivement consacré à la jeunesse d’Afrique et de France. La prestigieuse rencontre sera meublée par des discussions autour de cinq grandes thématiques. Il s’agit notamment de l’engagement citoyen, de l’entreprenariat et l’innovation, de l’enseignement supérieur et la recherche, puis la culture et le sport.

Un sommet Afrique-France radicalement nouveau

Selon les organisateurs de ce sommet Afrique-France, le choix d’un nouveau format axé sur un entretien direct avec la jeunesse africaine n’est pas anodin. Alors même si les sommets de chefs d’État paraissent très importants et utiles, une rencontre avec les forces vives l’est davantage. Seront donc réunis à ce sommet, des centaines de jeunes entrepreneurs, artistes, chercheurs, athlètes, étudiants, personnalités engagées d’Afrique et de France.

« Ce sommet-là -ce nouveau sommet Afrique-France- sa vocation, sa nature même, c’est de réfléchir à réinventer, redynamiser les relations entre l’Afrique et la France », a expliqué Benoît Verdeaux, secrétaire général du Sommet de Montpellier. En clair, ce format parait plus propice et adapté aux défis de l’heure.

Du côté de la présidence française, le format classique du sommet Afrique-France avec les chefs d’Etats et autorités institutionnels serait révolu. « Le sommet Afrique France traditionnel : un chef d’Etat et 54 chefs d’Etat en face nous semble effectivement un format obsolète », assure l’Elysée.

Une opportunité d’écoute de la jeunesse africaine

Outre les discussions autours des grands enjeux, le sommet Afrique-France constitue un cadre privilégié d’écoute de la jeunesse africaine. Une opportunité idéale pour elle de dévoiler ses attentes et appréhensions de la relation Afrique-France. A cet effet, un échange direct entre le président de la République française, Emmanuel Macron et les représentants de cette jeunesse africaine est prévu pour l’après-midi du 8 octobre.

A l’issue de ces échanges devrait découler des propositions fortes, bases sur lesquelles pourront s’écrire une nouvelle histoire des relations France-Afrique. Il est question en l’occurrence des perspectives et les premières actions concrètes à poser pour faire de ce renouveau une réalité.

« Le principe de ce sommet, c’est de dire que, pour réinventer cette relation, on ne le fera qu’en écoutant et qu’en dialoguant avec ceux qui le font au quotidien. C’est nouveau, les autres ne le font pas ainsi (…) Je ne sais même pas s’il y a eu une initiative de ce type prise par d’autres, à d’autres occasions, sur le continent », a souligné Benoît Verdeaux.

Il faut le préciser, le nouveau sommet Afrique-France, aura été́ préparé́ en amont par une série de dialogues coordonnée par le professeur camerounais Achille Mbembé.

A lire aussi : TENSIONS MALI-FRANCE: MACRON DÉPLACE LE DÉBAT ET DÉZINGUE GOÏTA ET MAÏGA

El Professor

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *