NIGER : Mohamed Bazoum dans la continuité de l’œuvre de Mahamadou Issoufou


NIGER : Mohamed Bazoum dans la continuité de l’œuvre de Mahamadou Issoufou

La course pour le fauteuil présidentiel au Niger bat son plein et suscite effervescence chez les différents candidats. Chacun y va de son bagout pour convaincre les populations. A cet effet, le candidat du parti présidentiel, le PNDS, Mahamadou Issoufou cède la place à Mohamed Bazoum pour poursuivre dans la même lignée que lui.

Le président sortant Mahamadou Issoufou a choisi la voie de l’exemple. Il a promis de ne pas modifier la Constitution pour briguer un troisième mandat à la tête de l’Etat du Niger. Alors, il a préféré passer la main à Mohamed Bazoum. Ce dernier a été ministre de l’Intérieur et des Affaires étrangères. Les nigériens sont appelés aux urnes le 27 décembre prochain pour les élections présidentielles et législatives. 30 candidats sont en lice pour succéder à l’actuel chef de l’État.

Consolider l’œuvre de Mahamadou Issoufou

Pour le candidat du PNDS, Mohamed Bazoum, sa présidence n’aura pas à se démarquer du travail entrepris par le président Mahamadou Issoufou. Mais, plutôt à assurer sa continuité. « J’ai été pendant ces dix années tout à fait à ses côtés et j’assume son bilan. Je vais le consolider et je vais avancer », a laissé savoir le candidat.

S’agissant du bilan sécuritaire du président Mahamadou Issoufou, celui-ci ne serait être controversé. Car le problème lié à l’insécurité au Niger serait plutôt dû à des effets externes et non internes. « Nous sommes obligés de faire face aux effets induits de situations qui prévalent ailleurs. Elles nous créent des désagréments c’est vrai, à la frontière du Mali et un peu à la frontière du Nigeria par le bassin du lac Tchad », a expliqué Mohamed Bazoum.

Relever les défis

En ce qui concerne les autres défis sociaux, Mohamed Bazoum compte bien y apporter des solutions concrètes et efficaces. Pour ce qui est de la démographie galopante au Niger, le candidat du PNDS ne compte pas instaurer un planning familial. La création des internats dans les collègues d’enseignement général ruraux est plutôt à privilégier.

Au vu des résultats des élections locales de dimanche dernier, Mohamed Bazoum estime qu’il est en bonne position pour remporter la victoire au premier tour de la présidentielle prochaine. Il n’exclut pas non plus la possibilité d’un coup Ko. « Si je suis élu au premier tour, je le serai parce que le peuple l’aura voulu. Si je ne devrais pas l’être, nous allons envisager un second tour » avait-il déclaré.

Lire aussi : NIGER : SEINI OUMAROU COMPTE REMPORTER LA PRÉSIDENTIELLE DU 27 PROCHAIN

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.