Centrafrique / Tchad: « Il s’agit de manipulations », interpelle Ngon-Baba


Ngon Baba

Lundi dernier, Ngon Baba, le président de l’Assemblée nationale centrafricaine, a été reçu par le président Tchadien Idriss Deby Itno. La rencontre s’est tenue au palais présidentiel. Il s’agissait pour les deux hommes d’échanger sur les récents malentendus survenus entre les deux pays.

Pour mémoire, les autorités centrafricaines ont accusé celles tchadiennes d’être impliquées dans les récentes crises sécuritaires qui ont secoué la Centrafrique. C’est-à-dire qu’elles ont joué un rôle crucial. Cette déduction découle du fait que la présence de mercenaires tchadiens aurait été constatée parmi les assaillants. L’information avait été rapidement démentie par le porte-parole du gouvernement tchadien, Cherif Mahamat Zene.

 Ngon Baba joue à la carte de l’apaisement

Pour dissiper ses nuages ténébreux entre les deux pays voisins, le président centrafricain réélu Faustin Archange Touadéra a choisi plutôt la voie de l’entente. Alors, il a envoyé Ngon Baba, délivrer un message de paix à son homologue tchadien.

Il s’agit principalement de rassurer le gouvernement de Ndjamena sur le fait qu’aucune accusation n’est portée contre le Tchad au sujet de l’attaque de Bangui. Toutes ces tensions perceptibles entre les deux Etats n’est que le résultat des spéculations crées de part et d’autres. C’est ce qui ressort de ce tête à tête diplomatique.

De véritables malentendus

Pour le président de l’Assemblée nationale centrafricaine, Ngon Baba, il s’agit en vérité de manipulations. Ceci dans l’unique but de porter atteinte aux bonnes relations entre les deux pays. Alors les informations qui circulent sur les réseaux sociaux doivent être prises avec des pincettes.

Quant aux rebelles ayant commis les attaques de Bangui, ils sont de plusieurs nationalité. Alors il est inutile de s’attarder sur ces détails. « Les gens sont en train de manipuler pour amener le président Touadéra et le peuple centrafricain à rentrer en conflit avec le peuple frère du Tchad », a expliqué Ngon Baba.

Lire aussi : CENTRAFRIQUE : LES POPULATIONS FUIENT LES VIOLENCES

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.