Manifestation au Sénégal : l’opposition lance un sérieux avertissement à Macky Sall


Manifestation pacifique: l’opposition avertit Macky Sall

Au Sénégal, des manœuvres visant à faire valider un troisième mandat du président Macky Sall hantent déjà les esprits. Pour faire pression sur le pouvoir, la coalition de l’opposition a tenu une importante manifestation pacifique dans les rues de Dakar. Objectif, permettre à des milliers de personnes d’exprimer leur mécontentement.

Soulignons que cette manifestation pacifique intervient après la récente décision du Conseil constitutionnel. Ce dernier, pour les législatives du 31 juillet, a invalidé la liste nationale des titulaires de Yewwi Askan Wi. Est principalement touché par ce verdict, l’opposant Ousmane Sonko.

Une manifestation pacifique d’information

D’après les leaders de la coalition Yewwi Askan Wi, il a été question d’une manifestation pacifique d’information. Ceci dans le but de dénoncer la décision du Conseil constitutionnel. Plus important, est pointé du doigt les ambitions du président Macky Sall à vouloir briguer un troisième mandat. Sur ce point l’opposition clame haut et fort un « non » intransigeant.

Par ailleurs, ils estiment que tout est mis en place par le pouvoir afin de barrer la route aux principales figures de l’opposition. Par conséquent, la justice manque d’indépendance et perd donc toute crédibilité. La mauvaise gouvernance, ainsi que la cherté de la vie, ont été également dénoncés lors de cette manifestation pacifique

« Nous mettons en garde le Conseil constitutionnel. On se permet de piétiner la loi, de piétiner la Constitution et de mettre le pays en insécurité. Mais qu’ils comprennent que tôt ou tard, ils rendront compte de leur irresponsabilité parce que ce qu’ils ont fait, c’est une violation flagrante de la loi », a exprimé Ousmane Sonko.

Lire aussi : LÉGISLATIVES AU SÉNÉGAL : L’INDÉPENDANCE DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL REMISE EN CAUSE

La coalition Yewwi Askan Wi, une menace pour les institutions

Quant à Barthélémy Dias maire de Dakar, il serait préférable de remplacer le ministre de l’Intérieur Antoine Félix Diome, chargé de l’organisation des élections. « Comme il n’est pas capable de démissionner, on exige de Macky Sall qu’il amène une personne équitable pour organiser les élections », a-t-il laissé entendre.

Pour les leaders de la coalition au pouvoir, cette manifestation pacifique annonce déjà des troubles à venir. Car l’opposition chercherait plutôt à engendrer l’instabilité en incitation les populations à la violence. Alors, elle doit rapidement être appelée à respecter les décisions du Conseil constitutionnel.

« Leur seul projet, c’est de dire que le président Macky Sall doit s’en aller. C’est du dégagisme, c’est trop facile. Leur seul moyen d’action reste le discours de la violence, de la bravade et de l’appel à l’insurrection », indique pour sa part Pape Mahawa Diouf. Il est le responsable de la communication de la majorité Benno Bokk Yakaar.

Notons que pour garantir cette manifestation pacifique, un important dispositif des forces de l’ordre avait été déployé à proximité de la place.

 

El Professor

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.