Nouveau confinement: la Covid 19 accentue les mariages précoces en Ouganda


mariages precoces en Ouganda

Les mariages précoces en Ouganda pourraient connaitre une hausse significative dans les prochains jours. C’est ce que craignent plusieurs associations. Et pour cause, le nouveau confinement instauré par les autorités ougandaises a de quoi faire augmenter les cas de mariages précoces en Ouganda.

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, les cas de mariages précoces en Ouganda sont en hausse constante. De plus, les nouvelles restrictions instaurées mi-juin par le gouvernement ne font qu’aggraver la vulnérabilité des familles pauvres. Ce qui fait donc de l’Ouganda l’un des pays, le plus touché au monde par les cas de mariages précoces. Alors il y a de quoi s’inquiéter pour les jeunes filles.

Augmentation des cas de mariages précoces en Ouganda: les principales raisons

D’après les autorités ougandaises, cette montée en flèche des cas de mariage précoces dans le pays serait due à plusieurs faits. Il s’agit principalement de la crise économique résultant de la crise sanitaire liée au Covid 19. La fermeture des écoles y est aussi pour quelque chose.

La précarité dans laquelle certaines familles se trouvent joue un rôle déterminant dans cette flambée actuelle et future des cas de mariages précoces en Ouganda. « Beaucoup n’ont pas assez pour se nourrir, alors les familles vont marier leurs filles pour de l’argent », a expliqué Moses Ntenga, directeur de Joy for Children.

Une inquiétude avérée

Face à cette probable augmentation des cas de mariages précoces en Ouganda, plusieurs jeunes filles risquent d’être privées d’un accès à l’éducation. Elles sont aussi confrontées à des dangers physiques et surtout à un renforcement de la pauvreté.

Alors, pour Camille Romain Des Boscs, directrice de l’ONG Vision du Monde l’avenir est peu reluisant pour ces jeunes filles. « Nous faisons en sorte que de nouveaux mécanismes à la fois de prévention et d’alerte soient mis en place dans les villages pour que ces violences ne reprennent pas » a-t-elle assuré.

A Lire aussi: OUGANDA: LA CRISE DU COVID-19 FRAGILISE ENCORE LA REPRISE DU SECTEUR TOURISTIQUE

 

El Professor

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.