Tchad : Boko Haram a expérimenté une nouvelle forme du terrorisme occasionnant plusieurs victimes


terrorisme au Tchad

Le terrorisme au Tchad s’intensifie ces derniers jours. Dans la nuit de mardi à mercredi 25 novembre, des militaires tchadiens ont été victimes d’une attaque terroriste. Le drame est survenu alors qu’ils naviguaient sur le lac Tchad. Conséquence : nombreux morts et blessés dans le camp de l’armée.

Ces dernières années, le terrorisme au Tchad tout comme dans les pays alentours, s’est imposé parmi les préoccupations sécuritaires en Afrique centrale. Alors le Tchad comme d’autres pays de la sous-région ouest africaine subissent de manière assez différenciée les attaques récurrentes des groupes terroristes. Ces actions violentes de ces groupes armées déstabilisent l’organisation sociale, économique et agricole des pays.

De nouvelles méthodes de terrorisme au Tchad

Selon les premières analyses des experts en terrorisme, les groupes armés implantés sur le versant nord du lac Tchad ont gagné en professionnalisme. Principalement, la branche de Boko Haram dirigée par Abou Moussa el-Barnaoui. Sa virulence actuelle est liée à son affiliation à l’Etat Islamique (EI).

Le groupe a bénéficié de conseils idéologiques et opérationnels de l’Etat islamique (EI). Et c’est de cela que découle le changement de son mode opératoire. Car c’est la toute première fois que les islamistes posent une bombe en milieu aquatique. En bref, une évolution tactique constatée.

L’aggravation des actes terroristes

Pour commettre leur forfaiture, les islamistes du groupe Boko Haram ont dissimulé un engin explosif dans l’eau. Il s’agissait d’une bombe artisanale qui a explosé la pirogue à moteur transportant les soldats tchadiens.

La barque voguait sur les rives nord du lac Tchad entre les herbes de papyrus dans le secteur de Ngouboua. L’explosion a fait quatre morts et 16 blessés graves. Ces derniers ont pu être évacués par hélicoptère vers la capitale où ils reçoivent des soins.

Cet état de fait laisse craindre dans les jours à venir une multiplication d’actes terroristes avec le pareil mode opératoire. Au pire d’autres techniques seront expérimentées dans le cadre de ce terrorisme au Tchad.

Lire aussi : BURKINA FASO : LES TERRORISTES ONT ENCORE FRAPPÉ

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.