Désengagement français au Mali, le groupe Wagner pourrait prendre le relais


Désengagement français au Mali, le groupe Wagner pourrait prendre le relais

Sur le continent africain, le groupe Wagner ne cesse d’étendre ses tentacules ces dernières années. La société privée russe serait en mesure d’opérer très prochainement sur le sol malien. A l’heure actuelle, les tractations se poursuivent entre autorités de la  transition et le groupe Wagner pour la conclusion de cet accord.

Cette information très sensible a été donnée par l’agence de presse britannique Reuters. Pour rappel, les mercenaires russes du groupe Wagner sont déjà présents dans certains pays en Afrique. C’est le cas notamment de la Centrafrique et de la Lybie. Toutefois, le groupe Wagner a mauvaise presse en raison des bavures commises ou mépris des droits de l’homme lors de ses opérations.

Un accord avec le groupe Wagner peu apprécié par la France

L’arrivée du groupe Wagner au Mali, n’est pas le genre de décision à plaire à la France grand allié du Mali. A lire le paysage géostratégique, il semblerait que les intérêts français soient sérieusement menacés par cet accord en négociation entre autorités maliennes et le groupe russe. Ce qui si ce n’est déjà le cas met déjà de l’eau dans le gaz entre Paris et Bamako.

Ce champ libre laissé au groupe Wagner est motivé par le désengagement progressif de la France au Mali. Il s’agit concrètement de la fin annoncée de l’opération Barkhane. Il en est de même de la réduction des effectifs militaires français dans le pays. Un changement de stratégie de la France qui entend se concentrer plus sur une lutte ciblée contre les djihadistes.

Selon les bruits de couloirs, Paris tente de convaincre les autorités maliennes de revoir leur liaison avec la société privée russe.

A lire aussi: MALI : TRANSFORMATION DE L’OPÉRATION BARKHANE AU SAHEL SUR FOND D’ACCUSATION DES PAYS AFRICAINS

Un rapprochement avec la Russie

Depuis un moment déjà, les autorités maliennes tentent nettement de se rapprocher de Moscou. Un rapprochement qui découle du fait qu’une partie des cadres de la junte ont effectué une partie de leur formation en Russie. Il s’agit en l’occurrence du Colonel Malick Diaw, du Colonel Sadio Camara et du Colonel Assimi Goïta, président de la Transition.

Concrètement l’accord en négociation avec le groupe Wagner impliquerait l’envoi de plusieurs centaines, voire d’un millier de mercenaires russes au Mali. Ceux-ci auraient pour mission de former des militaires maliens et assurer la protection de certains hauts dirigeants.

Pour ce qui est de la lutte contre les terroristes, ils ne seront pas du tout impliqués dans les combats. Pour s’offrir les services du groupe Wagner, l’Etat malien va débourser six milliards de francs CFA soit plus de neuf millions d’euros par mois.

A lire aussi: TRANSITION MALIENNE: À QUAND LE RETOUR À L’ORDRE CONSTITUTIONNEL ? 

La Plume

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.