Transition en Guinée : le CNRD musèle toutes les forces sociales et politiques


Transition en Guinée : le CNRD musèle toutes les forces sociales et politiques

Durant les trois ans que va durer la transition en Guinée, les manifestations sont interdites. C’est la décision annoncée par le CNRD (Comité national du rassemblement pour le développement), dans la soirée du vendredi 13 mai 2022. Mais elle suscite d’ores et déjà des réactions multiples.

Pour les populations, tant pour les acteurs politiques, de même que la société civile, la nouvelle mesure est diversement accueillie. Une fois encore le CNRD est largement décriée dans sa démarche. Notons que cette récente sortie des autorités de la transition, intervient seulement quelques jours après la fixation du chronogramme à 36 mois.

Une transition dans le calme absolu

Selon l’information transmise par le CNRD à la télévision, les guinéens ne pourront plus se faire entendre à travers la rue. Cette conduite est désormais proscrite en cet instant jusqu’aux périodes électorales. D’après la junte, les manifestations sur la voie publique, risqueraient de dégénérer. C’est-à-dire qu’elles pourraient compromettre la quiétude sociale et l’exécution correcte des activités contenues dans le chronogramme.

Alors il serait préférable de les stopper pendant un moment considérable. « Pour mener à bien le chronogramme de la transition et la politique de refondation, enclenchés depuis le 05 septembre 2021, le CNRD invite l’ensemble des acteurs politiques et sociaux à circonscrire aux sièges de leurs formations, toute forme de manifestation ou regroupement à caractère politique », a indiqué le colonel Sadiba Koulibaly.

Lire aussi : GUINÉE : LA DURÉE DE LA TRANSITION REVUE LÉGÈREMENT À LA BAISSE

Une privation de liberté par le CNRD

Pour Sanah Keita, un citoyen, manifester est un droit fondamental dont aucun individu ne devrait être privé. Ceci dit la décision prise par le CNRD est excessive. Même son de cloche du côté du FNDC, qui estime que c’est une décision illégale et illégitime. En clair, il s’agit d’une manœuvre élaborée par le CNRD pour museler les forces sociales et politiques du pays.

Moussa quant à lui se montre serin et optimiste. « Il sera difficile que certains comprennent ces genres de décisions. Tout mon souhait est que ma nation connaisse un changement Tant voulu. Acceptons et observons ce de quoi cette transition est capable », a-t-il laissé entendre.

Quoi qu’il en soit, le CNRD convie les guinéens, à faire preuve de patriotisme pour une transition inclusive, apaisée et réussie. Dans le même état d’esprit, tout manquement à la nouvelle directive entrainera des conséquences de droit contre son ou ses auteurs.

 

El Professor

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.