Nigeria / Terrorisme : l’armée réfute toute prise de sa base de Marte par les djihadistes


armée nigériane

La base militaire de l’armée nigériane sise à Marte dans le nord-est du pays a été attaquée le week-end dernier par des groupes djihadistes. Ceux-ci ont clamé haut et fort avoir conquis cette position militaire. Alors les autorités nigérianes sont montées au créneau pour opposer un démenti formel.

Selon les rumeurs, l’attaque aurait été menée par des terroristes rattachés au groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest. Ces dernières années, le Nigéria est constamment en proie avec une vague d’insécurité sans précédent. La menace terroriste semble quasi permanente avec une meilleure organisation militaire et stratégique de ces groupes terroristes. Ce qui donne extrêmement du fil à retordre à l’armée nigériane.

Des informations fausses selon l’armée nigériane

Selon le coordinateur des opérations de communication pour la défense, John Enenche, la base de Marte n’a jamais été occupée par les groupes terroristes. En effet, les informations rendues publiques par les djihadistes sont entièrement fausses. Il ne s’agit que d’une campagne de désinformation.

« Nous sommes à Marte. Ils n’ont jamais pris cette position », a assuré le général major John Enenche. Et de renchérir, « nous avions le renseignement et nous leur avons tendu une embuscade. Quand ils sont venus nous attaquer, nous les avons attaqués et bien sûr ils ont répondu ».

Vers un contrôle total de la zone

En bref, la tentative de prise de contrôle de cette base par les djihadistes s’est en réalité soldée par un échec. Ils ont été repoussés comme il se doit par l’armée nigériane.

« Nous avons mené un bon combat. Plusieurs d’entre eux ont été neutralisés, tués avec bien sûr un nombre de corps d’enfants qu’on ne peut pas compter », a fait savoir John Enenche.

Outre le fait d’avoir vaillamment repoussé l’assaut des djihadistes, l’armée compte étendre son action à toute la zone. De quoi rassurer davantage les populations sur le plan sécuritaire et de prendre le dessus sur une éventuelle attaque.

Lire aussi : NIGERIA : LES FRONTIÈRES TOUJOURS BLOQUÉES AUX CAMIONS DE MARCHANDISES

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.