Instabilité au Soudan : la transition au bord du précipice


transition soudanaise au bord du précipice

Depuis quelques semaines, la transition soudanaise se trouve dans la tourmente. Et pour cause, les nouvelles autorités ont du mal à s’entendre. Civils et militaires s’enlisent dans une guerre de mots et d’intimidation à n’en finir. Comme si cela ne suffisait pas, la naissance d’une dissidence du FFC (Forces de la liberté et du changement), vient jeter l’huile sur le feu.

La nouvelle alliance entend compter véritablement dans le processus de transition en cours. Pour rappel, les rebelles du FFC ont joué un rôle majeur dans la chute du régime d’Omar El Béchir. Ces dissensions actuelles au sein de la transition soudanaise ont de graves répercussions sur les populations. Ces dernières subissent le plus, les conséquences fâcheuses de cette mésentente.

La transition soudanaise plombée par de nouvelles revendications

Les nouvelles tensions au sein de la transition soudanaise sont essentiellement motivées par un désir de positionnement nouveau du FFC 2. La nouvelle alliance, reste convaincue du fait que l’armée cherche à avoir ou à conserver une position dominante dans ce processus de transition. Pour preuve, les groupes armés se retrouvent minoritaire après distribution des portefeuilles au sein des autorités de transition.

Dans les manœuvres de la nouvelle alliance, la chercheuse soudanaise Kholood Khair, perçoit un désir de repositionnent hautement stratégique dans le jeu politique. Cela permettra donc, si la démarche aboutit aux deux anciens chefs rebelles de tenir tête aux militaires en cas de dérive.

Lire aussi : TRANSITION AU SOUDAN: AGGRAVATION DE LA BROUILLE ENTRE CIVILS ET MILITAIRES

Des remaniements utiles

Pour ce qui est de la suite de cette transition soudanaise, le FFC2 exige des autorités en place des remaniements. Ainsi, ils ne seront plus lésés comme ce fut le cas de par le passé. Jusque-là, les tentatives de réunification des deux factions du FFC par le Premier ministre Abdallah Hamdok se sont soldées par des échecs.

Un an, après l’accord de paix de Juba, le gouvernement soudanais est encore confronté à d’énormes défis. Malgré les avancées réalisées, la transition soudanaise a encore du plomb dans les ailes. Le marasme économique constitue un farouche amplificateur des maux de la société. Les dissensions au sein des groupes rebelles ou avec les autorités de la transition sont de sérieux freins.

Lire aussi : UNE NOUVELLE BASE NAVALE AU SOUDAN POUR LA RUSSIE

Sandrine A

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.