Elections Présidentielles : la compétence de la CENI au Niger remise en cause par les observateurs


Presidential elections: the competence of the CENI in Niger questioned by observers

La CENI au Niger est remise en question par les observateurs du scrutins à venirA quelques jours des elections au Niger, les choses semblent ne pas se dérouler exactement comme prévu. Alors bon nombre d’observateurs s’estiment déjà déçu par la capacité de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) à organiser correctement les scrutins à venir.

En effet, les observateurs nationaux et internationaux sont toujours dans l’attente de leurs accréditations. Cet outil fondamental avec lequel ils vont pouvoir accomplir leur mission de surveillance le jour du scrutin. Aussi, les campagnes électorales ayant débutés depuis la semaine dernière la pression est à son paroxysme de part et d’autre.

Les élections régionales et municipales sont prévues pour ce dimanche 13 décembre. Le premier tour de la présidentielle est fixé sur le 27 décembre.

L’incompétence de la CENI au Niger

« À cinq jours des élections, la logistique n’y est pas. Il y a de l’amateurisme qui caractérise l’organisation de ces élections. Qu’est-ce qui se passe ? Il n’y a aucune communication de la Céni au Niger», s’est plaint Maïkoul Zodi, coordonnateur national de Tournons la page.

Selon cette organisation de la société civile, Tournons la page, les observateurs qui seront déployés dans les huit régions du pays sont déjà prêts. Mais leurs accréditations font clairement défaut quand bien même les demandes ont été envoyées depuis fort longtemps.

« Je ne comprends pas la façon dont les choses sont en train d’être gérées par la Céni. L’incompétence de la Céni, nous l’avons déjà soulignée », a rajouté Maïkoul Zodi.

Un vaste malentendu autour de la CENI au Niger

Selon le vice-président de la CENI, Aladoua Amada, les observateurs sont en réalité mal renseignés. Alors il s’agit plutôt d’un grand malentendu. Quoi qu’il en soit toutes les autorisations seront fournies avant dimanche.

« Ils ne sont pas au courant de tout cela parce qu’ils n’ont pas cherché l’information, et ils n’ont pas pris le soin de vérifier l’évolution du dossier. Donc ce n’est pas une tentative de ne pas permettre aux structures d’entamer les élections », a expliqué Aladoua Amada.

« Au moment où je vous parle, toutes les lettres d’accréditation ont été signées par le président de la Céni et adressées aux structures qui ont exprimé le souhait de faire l’observation », avait-il assuré.
Les différentes dispositions sont donc prises par la CENI pour que les Nigériens puissent se rendre aux urnes en toute quiétude.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.