Côte d’Ivoire : Kouadio Konan Bertin, l’espoir de la jeunesse ivoirienne ?


Kouadio Konan Bertin, l’espoir de la jeunesse ivoirienne

L’opposant ivoirien Kouadio Konan Bertin (KKB) aspire au pouvoir. A quelques semaines de la présidentielle en Côte d’ivoire, les différents candidats ne cessent d’affuter leurs armes. C’est dans cette dynamique que Kouadio Konan Bertin a officialisé définitivement devant ses partisans, sa candidature. La cérémonie a eu lieu le dimanche 4 octobre 2020 à Abidjan.

Il ferme ainsi la marche des investitures déjà faites par ses concurrents. Il s’agit entre autres, de celles de Pascal Affi N’Guessan, d’Alassane Ouattara et d’Henri Konan Bédié. Pour rappel, KKB est en lice pour la deuxième fois dans la course à la présidentielle. Ceci malgré le fait qu’il n’ait pas été choisi comme candidat du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Il a été débouté en interne au profit d’Henri Konan Bédié.

Un pari gagné pour Kouadio Konan Bertin

Contrairement à tout ce que l’on aurait pu imaginer, Kouadio Konan Bertin s’impose peu à peu dans le cœur des ivoiriens. Le candidat indépendant semble remporter, étape après étape, chacune de ses petites batailles en attendant celle du 31 octobre.

Et pour le démontrer, c’est un amphithéâtre du palais de la culture de Treichville archi-comble qui a été le témoin de son investiture. Ils étaient plus de 2500 partisans, gonflés à bloc, venus pour lui témoigner leur soutien indéfectible.

En s’adressant à eux, KKB a tenu à leur réitérer le motif de sa candidature. « Cette élection devrait être un moment précieux où nous débattons et décidons pacifiquement de notre avenir. Hélas, déjà, les ferments de la division se répandent. Face à cette situation de péril, oui, j’ai décidé de présenter ma candidature à l’élection présidentielle », avait-t-il déclaré.

Une singularité affichée par Kouadio Konan Bertin

Bien qu’accusé de tous les noms par ses détracteurs, Kouadio Konan Bertin tente à tout prix de se démarquer des vieux politiques qui sont ses adversaires. Par sa candidature, il entend donc faire des jeunes et des femmes sa priorité. C’est-à-dire, un engagement à œuvrer pour la libération de la jeunesse ivoirienne dont il est le représentant durant cette élection.

Pour cela, il n’a pas daigné répondre à l’appel à la désobéissance civile lancée par son père politique Henri Konan Bédié. Ce dernier estime que KKB est de mèche avec son adversaire principal, Alassane Ouattara. Entre les deux hommes, les tensions semblent aujourd’hui des plus vivaces. Ce qui a entrainé ces derniers jours l’exclusion de Kouadio Konan Bertin du PDCI.

Alors, il n’a pas manqué de réaffirmer sa désolidarisation contre toute action visant à accentuer les divisions et violences en Côte d’Ivoire. « Tout ce qui peut amener la violence et la chienlit, je m’en méfie. C’est pourquoi je veux m’attacher aux choses concrètes : le respect de la constitution. La date qu’elle nous impose, c’est le 31 octobre, et je suis candidat », a-t-il rappelé. Espérons que les urnes lui soient favorables.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.