Insécurité au Niger : une soixantaine de djihadistes tués


Insécurité au Niger : une soixantaine de djihadistes tués

Contre l’insécurité au Niger, les autorités ne ménagent pas ses efforts. Et les résultats des opérations menées récemment contre les groupes djihadistes le prouvent aisément. Dans l’ouest du pays, près de la frontière avec le Burkina Faso, une soixantaine de djihadistes ont été tués par l’armée.

L’annonce a été faite hier mardi 24 mai par à travers un communiqué de l’armée nigérienne. Depuis son accession au pouvoir, le président Mohamed Bazoum fait de la lutte contre l’insécurité au Niger une priorité absolue. Et cela est largement perceptible à travers sa volonté manifeste de changer de stratégie et d’augmenter les moyens des forces de défense et de sécurité.

Des terroristes neutralisés

Selon l’armée nigérienne, en une semaine d’opérations et de ratissages, les terroristes ont été rapidement neutralisés. Les opérations qui se sont déroulées dans les zones de Torodi et Gotheye, ont permis de détruire 12 bases de regroupement. Des plots logistiques et 165 motos.

Du côté de l’armée, deux soldats nigériens ont été blessés et un véhicule endommagé. En somme, le bilan est plus conséquent dans le camp des terroristes.

Quoi qu’il en soit, l’insécurité au Niger est alimentée par divers acteurs. Malheureusement, les populations civiles sont souvent les premières victimes. Selon l’ONU, près de huit victimes d’attaques sur dix sont des civils.

Lire aussi : ARRIVÉE DE LA FORCE TAKUBA AU NIGER : L’OPPOSITION EXIGE DES ÉCLAIRCISSEMENTS

Un rapide retour des déplacés en raison de l’insécurité au Niger

Face à la montée en puissance de l’insécurité au Niger, les habitants de plusieurs localités ont choisi la fuite. Par conséquent, de nombreux villages se sont vidés de leurs populations. Le plus souvent ces derniers sont victimes d’actes de pillages, d’intimidation, d’assassinats ou autres.

Mais par le truchement des opérations actuellement menées par l’armée contre cette insécurité au Niger, la situation pourrait s’améliorer. Ainsi les populations déplacées de ces zones pourraient très bientôt rejoindre leurs lieux de résidence habituels.
En 2021, l’indice mondial du terrorisme a attribué 588 décès au terrorisme au Niger, le nombre de morts liées au terrorisme le plus élevé de la dernière décennie. Dans la région de Tillabéri, les décès ont plus que doublé entre 2020 et 2021.

 

Sandrine A

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.