Guinée : la paix est encore fragile malgré la médiation internationale


Guinée : la paix est encore fragile malgré la médiation internationale

A Conakry, le calme semble faire peu à peu son retour après la médiation internationale. Ceci après les vagues de violences enregistrées ces derniers jours. Toutefois, les séquelles se font encore persistantes. Mais les populations peuvent encore espérer en la réussite des négociations menées par la mission mixte de médiation internationale.

Les émissaires de la communauté internationale sont arrivés dans la capitale guinéenne ce dimanche 25 octobre 2020. Ils auront pour mission de médiation internationale d’apaiser les tensions entre les acteurs politiques ayant participé au scrutin de dimanche dernier. Car une véritable bataille du « j’ai gagné » est livrée par le camp présidentiel et celui de l’opposant Cellou Dalein Diallo. Ce dernier revendique sa victoire malgré la proclamation officielle des résultats provisoires par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).

Un calme encore précaire malgré la médiation internationale

Pour l’instant, la quiétude est revenue dans les rues et quartiers de Conakry. Les rues sont désertées par les manifestants qui y avaient érigé des barrages de fortune avec des pierres et des pneus. Certains quartiers sont aujourd’hui de nouveau accessibles. Mais les cicatrices de l’horreur sont encore là.

De ce fait, la mission de médiation internationale (diplomatie préventive) composée des émissaires de l’ONU, de l’Union africaine (UA) et de la Communauté des États de l’Afrique de l’ouest (Cédéao) poursuivent leurs efforts de médiation en rencontrant plusieurs ministres, la commission électorale et le corps diplomatique. Ils se sont également rendus ce lundi au domicile du chef de l’opposition, Cellou Dalein Diallo. Lequel s’est autoproclamé victorieux dès le lendemain du scrutin.

Mais le seul souci est que Cellou Dalein Diallo, pour sa part, prétend ne plus faire confiance à l’organisation ouest africaine (CEDEAO). Car pour lui, elle constitue un soutien pour Alpha Condé. « Je n’attends pas grand-chose de ces émissaires (…) qui, en réalité, se sont toujours rangés du côté d’Alpha Condé. Mais il est important de saisir toutes les opportunités pour communiquer les informations qui mettent en évidence notre victoire et pour attirer l’attention sur la répression sanglante qui est en train de s’abattre sur les Guinéens », a tweeté peu après la rencontre Cellou Dalein Diallo. « Continuons notre mobilisation dans les rues et sur les places publiques pour exiger le respect de la vérité des urnes. PAS DE RECUL ! », a-t-il ajouté.

Un dispositif sécuritaire renforcé

Le centre-ville a aussi retrouvé quelque peu son charme et son enthousiasme. Mais, la crainte de nouvelles représailles a incité le gouvernement à instaurer un important dispositif sécuritaire. Le quartier administratif et des affaires Kaloum est sous haute sécurité.

Les forces de l’ordre procèdent aux fouilles systématiques des personnes ainsi que les coffres des voitures. Les gendarmes, les bérets rouges ou encore les policiers effectuent constamment la ronde. Le gouvernement compte par ce dispositif remettre un peu d’ordre dans la capitale.

Les zones favorables à l’opposition, elles, sont encore sous le coup des tirs selon certains témoins. Alors les habitants sont obligés de se cloitrer chez eux. Les boutiques, les marchés sont tous fermées. Les regroupements d’hommes sont également automatiquement dispersés. Par conséquent, la situation est encore tendue.

Lire aussi : Violences post électorales en Guinée : ONU, UA, CEDEAO à pied d’œuvre pour sauver la paix

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *