Centrafrique: les forces armées centrafricaines en bonne progression


Centrafrique: les forces armées centrafricaines en bonne progression

Après Boali, Bossembélé, Bouar, c’est autour de la ville de Beloko de connaitre sa délivrance. En effet, cette localité du pays est de nouveau sous le contrôle des forces armées centrafricaines. Cette dernière en a repris le contrôle avec l’appui des forces alliées russes et rwandaises.

Ces dernières semaines, les autorités centrafricaines ont lancé une contre-offensive sur les positions initialement occupées par les rebelles de la CPC. Et l’initiative semble porter ses fruits. Par conséquent, les rebelles cèdent du terrain sans combattre. Tout porte à croire que les rebelles de la coalition soient en position de faiblesse. S’agirait-il au contraire, d’un repli stratégique pour tromper la vigilance de l’autre partie ? Pour l’instant difficile de se prononcer.

Une libération du corridor par les forces armées centrafricaines

Selon, Ange-Maxime Kazagui, le ministre de la Communication, la reprise de Beloko est un grand pas en avant vers la libération du corridor menant à la frontière avec le Cameroun. Et cela aura pour incidence de faciliter la réouverture de cet axe d’ordre vital pour le pays et surtout son approvisionnement.

« Aujourd’hui le rapport de force a changé grâce au travail qui est en train d’être fait par les forces de défenses nationales appuyées par les alliés. Le corridor Bangui-Garoua-Boulai est en train d’être dégagé », a assuré Evariste Ngamana, rapporteur général et porte-parole du MCU.

Vers une reprise des convois

En ce qui concerne la circulation des personnes et des biens sur le tronçon bloqué, des efforts sont entrepris par le gouvernement centrafricain et les forces armées centrafricaines pour un vite retour à la normal. Plus de 1600 camions sont actuellement bloqués à la frontière avec le Cameroun, selon le bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies.

« Il va être aussi bien question à Beloko que dans les autres villes qui ont été reprises, de maintenir une présence forte qui puisse prévenir toute autre attaque », a indiqué Ange-Maxime Kazagui. Cela permettra de réduire au maximum les risques d’attaques sur ce tronçon et de faciliter de surcroit la fluidité de la circulation.

Lire aussi : CENTRAFRIQUE: LES DÉPLACÉS N’ENVISAGENT PAS DE RENTRER

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.