Côte d’Ivoire : appel de la Fondation Kofi ANNAN au président de la République et aux acteurs politiques


appel de la Fondation Kofi ANNAN au président de la République et aux acteurs politiques

La Fondation Kofi ANNAN a appelé, mercredi, à la libération des prisonniers politiques et à l’organisation d’élection transparente en Côte d’Ivoire. L’ancien président du Nigéria, Olusegun Obasanjo, et ses pairs ont mis en garde contre une nouvelle crise électorale dans le pays.

Dans une déclaration en date de ce mercredi 30 septembre 2020, la Fondation Kofi ANNAN s’inquiète des risques de nouvelles violences politiques. Et ce, après celles de 2010-2011 qui ont fait plus de 3000 morts. « La Côte d’Ivoire en 2020 n’est pas la Côte d’Ivoire en 2010, mais le risque d’une nouvelle confrontation dans le pays est réel. Le moment est venu de prendre des mesures préventives », prévient la Fondation.

Rétablir la confiance

Pour éviter des violences lors de l’élection présidentielle du 31 octobre prochain, la Fondation Kofi ANNAN appelle au dialogue entre les acteurs. Objectif : rétablir la confiance, pour une élection apaisée et transparente. « Le conflit peut être évité, mais des mesures sont indispensables et urgentes pour rétablir la confiance (…) », en appelle-t-elle. Et d’ajouter :« Nous appelons la classe politique ivoirienne à démontrer qu’elle a conscience de sa responsabilité historique et son engagement en faveur de la paix et de la stabilité. Les prisonniers politiques doivent être libérés, la liberté d’expression et de circulation doit être garantie et les droits de tous les concitoyens doivent être protégés ».

« Nous appelons le Président de la République et tous les acteurs politiques à engager un dialogue national inclusif, grâce auquel les partis politiques et les représentants de la société civile pourront créer les conditions nécessaires pour assurer la confiance dans les élections. »

Appel aux réformes

Après ces élections, les réformes doivent suivre pour assainir l’environnement politique en Côte d’Ivoire. C’est du moins ce que recommande la Fondation Kofi ANNAN. « Immédiatement après celles-ci, la Côte d’Ivoire devra engager des réformes de son système politique et environnement électoral pour consolider la paix et la stabilité », propose-t-elle. La fondation en appelle à l’Union Africaine, l’ONU, l’UE, les organisations régionales et sous-régionales et autres, à s’impliquer davantage pour une élection transparente et apaisée en Côte d’Ivoire.

Pour rappel, la Fondation Kofi ANNAN est une organisation indépendante à but non-lucratif. Elle œuvre pour promouvoir une meilleure gouvernance mondiale et pour renforcer les capacités des peuples et des pays à construire un monde plus juste et plus pacifique. Ella a été fondée en 2017 par Kofi ANNAN, ancien secrétaire général des Nations Unies. L’organisation compte en son sein, d’anciens chefs d’Etats, anciens présidents d’institutions nationales ou internationales, d’anciens ministres, diplomates etc.

On peut mentionner, entre autres, Bert Koenders, ancien ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas ; Carlos Mesa, ancien président de la Bolivie ; Olusegun Obasanjo, ancien président du Nigéria ; José Manuel Ramos-Horta, ancien président du Timor-Leste, lauréat du prix Nobel de la paix.

Lire aussi : https://linvestigateurafricain.com/benin-abomey-calavi-va-abriter-un-centre-hospitalier-de-reference-les-travaux-lances/

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.