Burkina Faso : libération totale de l’ex président Kaboré


Burkina Faso : libération totale de l’ex président Kaboré

L’ex président Kaboré peut enfin circuler librement. Il est à présent plus que libre de ses mouvements. C’est la très bonne nouvelle, qu’a annoncé le gouvernement de la transition, hier dimanche 3 juillet, à travers un communiqué. Cette démarche souligne la ferme volonté du colonel Damiba à parvenir à une transition réussie.

Pour rappel, l’ex président Kaboré été délogé du palais présidentiel le 24 janvier 2022. Il a par la suite, longuement été placé en résidence surveillée avant de regagner son domicile. C’était le 6 avril dernier à la suite d’une forte pression de la communauté internationale, notamment celle de la Cédéao. L’ancien président burkinabé, était surtout accusé de n’avoir pas su écarter la menace terroriste, laissant le pays plongé dans une insécurité accrue.

Libération de l’ex président Kaboré enfin réalité

Depuis sa chute en janvier dernier, l’ex-président Kaboré, a selon ses proches, été pris en « otage » par les putschistes. Une privation de liberté que ses partisans n’ont cessé de dénoncer fortement par tous moyens. Aujourd’hui, leur souhait le plus cher est enfin devenu réalité. L’ancien chef d’Etat peut désormais jouir pleinement de ses libertés.

C’est ce qu’a fait savoir, Lionel Bilgo, le porte-parole du gouvernement. « Le Gouvernement du Burkina Faso réaffirme la libération totale de l’ancien chef d’Etat, Roch Marc Christian Kaboré », pouvait-on lire sur le communiqué. Toutefois, quelques séances de travail avec les autorités de la transition sont prévues dans les jours à venir pour la mise en place des derniers réglages.

Lire aussi : BURKINA FASO : L’ANCIEN PRÉSIDENT ROCH KABORÉ REGAGNE ENFIN SON DOMICILE

Tout pour une transition réussie

D’après les autorités de la transition, la libération totale de l’ex président Kaboré est une démarche symbolique. Elle vise surtout à inviter une nouvelle fois, les fils et filles du pays à œuvrer de concert pour la réussite de la période transitoire. Et cela nécessite une union de tous sans exception.

« Ce rappel à l’endroit de l’opinion nationale et internationale, s’inscrit dans la dynamique du renforcement de la cohésion sociale et de la réconciliation nationale », précise le communiqué du gouvernement signé ce 2 juillet 2022. Par ailleurs, le gouvernement n’a pas manqué de souligner son engagement à assurer un dialogue inclusif devant aboutir au succès de la transition.

Pour Aziz Diallo, président du mois de l’alliance « Ensemble pour le Faso », cette décision des autorités de la transition est à féliciter.

 

El Professor

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.