Evacuation de la ville de Goma : la crainte d’une nouvelle éruption du volcan Nyiragongo persiste


Evacuation de la ville de Goma : la crainte d'une nouvelle éruption du volcan Nyiragongo persiste

Des dizaines de milliers d’habitants fuient la ville de Goma exposée à de nouveaux risques d’éruption du volcan Nyiragongo. Ceci quelques jours après l’éruption volcanique du 22 mai 2021, qui a provoqué l’évacuation d’une grande partie de la population locale dans la nuit et des décès. Plus de 250 séismes ont été enregistrés ces trois derniers jours.

Ce jeudi matin, les autorités de Goma ont ordonné l’évacuation presque complète de la ville de 600 000 habitants.

Les risques d’une nouvelle éruption sur la ville de Goma

Le gouverneur militaire de la province du Nord- Kivu, le lieutenant -général Constant Ndima, a informé la population que « Les données actuelles de la sismicité et de la déformation du sol indiquent la présence de magma sous la zone urbaine de Goma, avec une extension sous le lac Kivu ». « On ne peut actuellement pas exclure une éruption à terre ou sous le lac (Kivu) qui pourrait advenir sous très peu, voire sans aucun signe précurseur », a-t-il ajouté, citant les noms de dix quartiers de la ville.

Les autorités craignent cette fois-ci le scénario catastrophe lié à un risque de déstabilisation du gaz sous le lac Kivu. « Des risques supplémentaires sont liés à l’interaction entre la lave et l’eau. L’Interaction du magma avec l’eau du lac, la déstabilisation du volume de gaz dissous sous le lac Kivu et l’émission de gaz en surface sont potentiellement dangereux », a prévenu le gouverneur.

Selon une note récente du laboratoire de volcanologie de la ville de Goma (OVG) dans un tel scénario, « les gaz dissous dans les eaux profondes du lac montent, surtout le CO2, et asphyxient tous les êtres vivants autour du lac Kivu du côté congolais et rwandais », ce qui aura comme conséquence « des milliers de morts » aussi bien en RDC qu’au Rwanda.

Il a donc ordonné une évacuation dans 10 des 18 quartiers de la ville de Goma, des zones qui seront exposées à la coulée de lave bien que cela « ne soit pas prévisible pour le moment ». L’évacuation doit se faire vers Sake, une localité à 20 km à l’ouest de Goma.

Evacuation de la ville de Goma

Après l’adresse du gouverneur à la population, des dizaines de milliers de personnes ont commencé par quitter la ville de Goma, dans la province du Nord-Kivu. Le gouverneur a précisé que « Les gens doivent emporter le seul minimum, pour donner la chance à tout le monde d’embarquer après avoir pris soin de fermer leurs maisons ».

Les populations se sont dirigées vers le Sud-Ouest, en direction de la région congolaise du Masisi et de Sake, et la frontière rwandaise toute proche. Dans la partie sud de la ville de Goma, les rues étaient embouteillées, des gens allant à pied, en trottinant ou en courant, portant des matelas, des sacs de sports ou quelques maigres biens dans des sacs plastiques, donnant la main à des enfants apeurés pour ne pas qu’ils se perdent. Malgré cet afflux soudain, la traversée vers le Rwanda se déroulait dans un calme relatif, a constaté l’AFP, tandis que des files de véhicules partaient vers Sake.

Le volcan Nyiragongo était entré en éruption soudaine samedi 22 mai au soir, provoquant un premier exil des habitants de la ville de Goma et 31 morts dont 24, brulés par la lave selon un rapport de OCHA RDC. Des habitants étaient revenus ensuite mais vivaient dans la psychose d’une nouvelle éruption du fait des incessants et puissants séismes secouant la région.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.