Les enseignants Gabonais en grève de 3 jours


Les enseignants Gabonais en grève de 3 jours

Les enseignants Gabonais en grève de trois jours. C’est à l’issue d’une Assemblée générale de la Convention des syndicats du système éducatif (Conasysed) qui s’est tenue à Libreville ce samedi 9 janvier que la décision a été prise. Ainsi, après trois heures de débat, l’entrée en grève a été votée à main levée.

Le 8 décembre un préavis de grève avait été déposé par La Conasysed. Un mois après elle estime que le gouvernement n’a pas apporté de réponse aux revendications. D’où la décision d’aller en grève à compter de ce lundi 11 janvier 2021 sur toute l’étendue du territoire national.

Les enseignants Gabonais en grève, plus que déterminés à remplir des fiches personnelles

En dépit de l’interdiction des rassemblements de plus de 30 personnes, les enseignants Gabonais en grève ont répondu nombreux à l’appel de leur syndicat. Selon les confrères de RFI, la Conasysed a invité chaque enseignant à prouver qu’ils ont bien des revendications personnelles et à les écrire sur une liste à transmettre au gouvernement le 20 janvier. Olga Assa a été séduite par cette démarche.

« J’en suis au même grade que celui avec lequel je suis rentrée. Rien n’a changé, mon salaire n’a pas bougé depuis 18 ans », a-t-il indiqué.

Son collègue Jean-Pierre Boundengui, enseignant au primaire depuis dix ans, a aussi rempli sa fiche. « J’attends de l’État un reclassement. Je ne suis pas reclassé depuis 2017. Je suis avancé depuis 2014 », a-t-il signalé.

Le gouvernement ne se préoccupe du secteur éducatif

Pour l’heure, le gouvernement gabonais n’a pas donné sa version. Mais à en croire Louis Patrick Mombo, délégué général de la Conasysed, les revendications des enseignants Gabonais en grève sont bien légitimes. Car, les problèmes du système éducatif ne semblent prioritaires au gouvernement.

En effet, depuis 2014, les recrutements, avancements et reclassements sont suspendus. Le syndicat réclame aussi la construction des salles de classe. « Le gouvernement n’apporte pas de solutions concrètes aux préoccupations posées par les enseignants : les recrutements, les intégrations, les titularisations, les avancements automatiques, les reclassements après-stage, le paiement des rappels, les soldes… ». C’est qu’a fait savoir Louis Patrick Mombo, délégué général de la Conasysed.

Lire aussi : Mouvement de grève au Tchad : les fonctionnaires font une trêve pour un mois

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.