Législatives: des dissensions au sein de la COD 2020 en Centrafrique


Législatives: des dissensions au sein de la COD 2020 en Centrafrique

L’URCA, le parti d’Anicet Georges Dologuélé, s’est dissocié de la récente décision de la COD 2020 en Centrafrique. Elle est relative au boycott du second tour des législatives. Le parti compte bel et bien briller par sa présence en y soumettant plusieurs candidatures.

Selon la COD 2020 en Centrafrique, son retrait entier du processus électoral était motivé par la décision de la Cour constitutionnelle qui a confirmé un simulacre électoral. Alors elle estime qu’elle n’a pas examiné avec soins les requêtes qui lui étaient soumises. C’est-à-dire que les fraudes électorales, les cas de violences et autres irrégularités formulées sont passés sous silences. En clair, il s’agit d’un soutien affiché à la réélection du président Faustin Archange Touadéra.

COD 2020 en Centrafrique absente à l’Assemblée, pas l’URCA

Pour d’Anicet Georges Dologuélé et son parti l’URCA, les efforts consentis jusque-là ne peuvent être jetés en pâture. Alors il n’est pas question pour eux d’être parmi les absents à l’assemblée nationale. C’est plutôt l’occasion de s’affirmer et surtout de conforter leurs positions. De plus, les résultats obtenus au premier tour sont des indices suffisants.

Selon Wilfriedo Mescheba l’un des porte-parole d’Anicet Georges Dologuélé, il est normal que les candidatures pour ce second tour des législatives et des élections partielles soient maintenues. « Certes nous dénonçons les irrégularités qui ont marqué le premier tour. Mais pour défendre nos idées, il nous faut être présent à l’Assemblée », avait-il précisé.

Une nouvelle harassante

Dans le camp de la COD 2020 en Centrafrique, cette sortie d’Anicet Georges Dologuélé n’a pas du tout été appréciée. Elle a sonné comme un énième coup dans le dos pour les partis de ce regroupement. Car le leader de l’URCA avait donné son consentement par rapport au retrait du processus à venir.

« La décision de se retirer des législatives a été prise à l’unanimité et en présence du vice-président de l’URCA », a rappelé Nicolas Tiangaye. Mais la politique étant ce qu’elle est, il est normal de se retrouver le plus souvent face à des situations de retournement de veste.

Lire aussi : CENTRAFRIQUE / LÉGISLATIVES: LA COD 2020 SE RETIRE ENTIÈREMENT DU PROCESSUS

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.