Démocratie en Afrique : de nouveaux fondements intellectuels s’imposent


Démocratie en Afrique : de nouveaux fondements intellectuels s’imposent

Face à la multiplication des putschs militaires ces dernières années, il semble plus indispensable de repenser la démocratie en Afrique. C’est dans cet état d’esprit, qu’a été lancée hier jeudi 06 octobre, à Johannesburg, en Afrique du Sud, une fondation pour la démocratie en Afrique. L’initiative émane des réflexions de l’intellectuel camerounais Achille Mbembé.

De manière plus explicite, la Fondation de l’Innovation pour la Démocratie est un projet panafricain inédit qui vise à accompagner celles et ceux qui veulent faire avancer l’agenda démocratique en Afrique. Soulignons que son lancement est effectif, seulement un an après le sommet Afrique-France de Montpellier 2021. Concrètement quel seront les objectifs, modes opératoires et autres de cette fondation ?

Un renforcement de la démocratie en Afrique

D’après Achille Mbembé, il est plus que nécessaire aujourd’hui de faire un travail profond en ce qui concerne la démocratie en Afrique. C’est à dire qu’il faut un nouvel outil qui favoriserait de nouvelles pistes de réflexions, exhortant les sociétés civiles africaines et la jeunesse à reprendre en main le destin du continent.

« L’idée était de se doter d’un outil dédié à appuyer les efforts des Africains en matière de démocratisation. La fondation ne financera pas du tout les partis d’opposition. Son objectif est de relancer l’agenda démocratique sur le continent en partant des expériences qui sont d’ores et déjà en cours, et en aidant les collectifs qui essaient de transformer la vie dans leurs territoires respectifs », a expliqué Achille Mbembé.

Pour opérer donc renouvellement de la pensée sur la #démocratie en #Afrique, qui s’impose, un accompagnement se fera notamment dans le cadre d’un réseau de campus physiques et digital. « Ses programmes et outils seront dédiés à un large public, des chercheurs aux artistes, des entrepreneurs sociaux aux gestionnaires d’ONG qui sont actifs dans le domaine de la démocratie », a fait savoir, Souleymane Bachir Diagne, professeur à l’université américaine de Columbia.

Lire Aussi :  [TRIBUNE] MALADIES INFANTILES DE L’AFRO-RADICALISME : LA PUTINOPHILIE MALAVISÉE

Une nouvelle façon de penser la démocratie

Selon Sarah Marniesse, responsable du Campus AFD, le futur de la démocratie en Afrique réside dans l’invention de nouvelles méthodes d’animation de l’intelligence collective. Car en l’absence de nouveaux flux d’idées, de nouvelles manières de penser et d’apprendre ensemble, le culte de la force et de la brutalité prévaudra. Alors les modèles autoritaires chinois, russe ou turc continueront d’éblouir les esprits.

« Un réarmement intellectuel, artistique et culturel est par conséquent nécessaire. Pour faire vivre durablement la démocratie sur le continent, il faudra modifier profondément nos manières de penser, d’agir et d’affronter l’avenir ». Sinon, les milices, juntes militaires et mouvements islamistes apparaîtront à tort comme des solutions à des problèmes en apparence intraitables.

Et de poursuivre « il faudra surtout miser sur l’intelligence propre de nos sociétés, l’élan et l’énergie de la jeunesse et des femmes, la créativité des entrepreneurs, la générosité des mécènes et philanthropes, la puissance d’un apprentissage et d’une pensée en commun qui, puisant dans les archives africaines, fait dialoguer les cultures et les savoirs ».

 

El Professor

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.