Crise économique au Ghana : le gouvernement tente d’endiguer le phénomène


Crise économique au Ghana : le gouvernement tente d'endiguer le phénomène

Depuis quelques années, une crise économique sans précédent touche de plein fouet le Ghana. Et comme à l’accoutumée, ce sont les populations qui en pâtissent le plus. Alors pour restaurer l’équilibre, le gouvernement a pris hier lundi 05 décembre, des mesures de restructuration de la dette intérieure.

Notons que la crise économique actuelle au Ghana découle surtout de la spirale inflationniste que connait le pays. Celle-ci est estimée a plus de 40%. En conséquence, la monnaie nationale, le cedi a perdu plus de la moitié de sa valeur.

Protéger les ghanéens contre cette crise économique

Selon Ken Ofori-Atta, le ministre des Finances ghanéens, pour faire au mieux face à cette crise économique au Ghana des mesures contraignantes s’imposent. C’est le cas notamment avec la création d’une nouvelle série d’obligations pour remplacer les titres dont la maturité arrivait à échéance.

La démarche vise à éviter le défaut de paiement afin au plus vite le phénomène. « Notre engagement envers les Ghanéens et la communauté des investisseurs, conformément aux négociations en cours avec le FMI, est de rétablir la stabilité macroéconomique dans les plus brefs délais et de permettre aux investisseurs de réaliser les bénéfices de cette restructuration de dette », a expliqué Ken Ofori-Atta.

Lire aussi : INFLATION AU GHANA : DÉGRADATION DE LA SITUATION ÉCONOMIQUE

Minimiser l’impact

Conscients des enjeux et surtout de l’impact que pourraient avoir les obligations souveraines sur les investisseurs, le gouvernement ghanéen rassure. « L’impact potentiel de cet échange sur le secteur financier a été évalué par leurs régulateurs respectifs », a indiqué le ministre des Finances. En d’autres termes, des mesures spécifiques ont été prises par anticipation.

« En travaillant ensemble, les régulateurs ont mis en place des mesures et des garanties appropriées pour minimiser l’impact potentiel sur le secteur financier et pour garantir la préservation de la stabilité financière », a-t-il assuré.

 

El Professor

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.