CNSS AU GABON : un audit interne tourne au cauchemar


CNSS AU GABON : un audit interne tourne au cauchemar

Dans le souci d’assainir les comptes de plusieurs entreprises, le gouvernement gabonais a initié un audit interne. Au niveau de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) du Gabon, la démarche est quelque peu entravée. En effet, une femme qui devait mener ce contrôle minutieux a été agressée par des individus non encore identifiés.

La CNSS du Gabon, est un organisme privé qui gère, sous la tutelle conjointe du ministère de la Santé et du ministère de l’Economie, des Finances et des Solidarités Nationales, le régime de sécurité sociale. Ce dernier comprend la couverture des accidents du travail et maladies professionnelles, des pensions, des prestations de santé en cas d’évacuation sanitaire à l’étranger ainsi que la délivrance des prestations familiales. Alors pour s’assurer de son bon fonctionnement un audit interne était plus que nécessaire.

Un audit interne apparemment indésirable

D’après la direction de la CNSS, la femme en charge de l’audit interne a été enlevée en pleine journée par des inconnus pendant l’exercice de ses fonctions. Heureusement son absence n’a pas duré des jours. Elle a été finalement relâchée aux environs de 23h00 par ses ravisseurs. Toutefois, c’est nu, qu’elle aurait été jetée devant le portail de son travail.

Une humiliation énorme pour la jeune femme qui aurait subi depuis le début de cet audit interne des menaces et intimidations répétées. Cette fois, c’est une agression physique qui a été commise sur sa personne. Ce qui indique que les réformes engagées à la CNSS déplaisent à certaines personnes.

Lire Aussi :  DÉTOURNEMENT DE FONDS PUBLICS AU GABON : IKE NGOUONI À LA BARRE DES ACCUSÉS

Une intimidation de plus

Notons que le lynchage subi par la femme en charge de l’audit interne n’est pas la seule intimidation visible. Une de ses collègues a vu elle aussi, sa résidence cambriolée un mois auparavant. De tous les côtés des entraves subsistent pour les empêcher de mener à bien leur mission.

« Nous ne pensions pas que la CNSS pouvait connaître ce genre d’événements horribles. En réalité, à la CNSS, il y a de la mafia, il y a des groupes, des individus, qui terrorisent parce qu’ils ont certainement pillé, détourné, volé, au risque maintenant de les mettre à nu, ils font tout pour terroriser, humilier, ceux qui font leur travail », a laissé entendre Richard Ndi Bekoung, président du syndicat Sypross (Syndicat des professionnels de la sécurité sociale).

La direction de la CNSS du Gabon a quant à elle promis de saisir les autorités et demande que les auteurs de ces actes horribles soient recherchés. De leur côté, les syndicats ont appelé à une grande mobilisation ce mardi 15 novembre.

 

El Professor

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.