Appui financier en Ethiopie: les organisations humanitaires se mobilisent


appui financier en Ethiopie

 Un appui financier en Ethiopie est une nécessité.La situation humanitaire est toujours préoccupante. Alors les organisations humanitaires demandent un appui financier. Sans cette aide il leur serait extrêmement difficile d’apporter une assistance digne de ce nom aux populations.

Depuis le 02 décembre, un nouvel accord a pu être trouvé entre les autorités éthiopiennes et l’ONU. Mais jusqu’à présent cette assistance est encore légère. Les humanitaires des Nations Unies n’ont pu se rendre que dans certaines zones du Tigré. Ils ont été cantonnés dans les zones sous contrôle gouvernemental.

 Appui financier en Ethiopie en raison d’un manque de moyens

Pour véritablement voler au secours des populations, les organisations humanitaires actives en Tigré ont besoin environ de 53 millions de dollars. Cette somme demandée aux donateurs internationaux devrait servir à accroître leurs actions dans les différentes zones du pays touchées. C’est donc dire qu’un appui financier en Ethiopie est véritablement nécessaire.

« La situation se détériore chaque jour et chaque minute. Et si nous ne répondons pas rapidement, des millions d’autres personnes seront touchées à leur tour par la crise humanitaire », interpelle Ato Abera Tola président de la Croix-Rouge éthiopienne.

De plus, les pertes énormes subies par la Croix-Rouge éthiopienne au Tigré ne rendent pas la tâche aisée. Il s’agit entre autres de la perte des stocks considérables de médicaments, des ambulances ainsi que des centres de santé non opérationnels.

 Appui financier en Ethiopie, des efforts constatés

Malgré leurs maigres moyens, les organisations humanitaires ont pu quand même se montrer utiles sur le terrain. En effet, 35 tonnes métriques de nourriture ont été distribuées. Dans la capitale Mekele 4500 blessés ont pu bénéficier de soins.

Face à la profondeur de la crise, l’aide apportée par les humanitaires est assimilable à une goutte d’eau versée dans la mer. « Ce n’est pas assez. Trois mois après le début de la crise, seul un petit nombre d’organisations humanitaires ont accès au Tigré. Et leur présence reste très limitée », a confié Katia Sorin.

« Nous espérons que davantage pourront venir. Pour répondre à ces besoins considérables, le CICR veut intensifier sa réponse et sa présence en lançant cet appel de fonds », a rajouté l’humanitaire.

Lire aussi : ETHIOPIE : LES VIOLENCES INTER-ETHNIQUES S’ACCENTUENT DANS LA PROVINCE DE BENISHANGUL-GUMUZ

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.