Affaire Alexeï Navalny : l’Allemagne soutient la thèse de l’empoisonnement, la Russie récuse


Affaire Alexeï Navalny : l’Allemagne soutient la thèse de l’empoisonnement, la Russie récuse
epa08613843 (FILE) - Russian opposition's mayoral candidate Alexei Navalny attends an opposition rally in support of political prisoners in Moscow, Russia, 29 September 2019 (reissued 20 August 2020). Navalny?s spokeswoman Kira Yarmysh said on social media on 20 August that the opposition leader and staunch critic of President Vladimir Putin was taken to hospital for alleged poisoning after he started feeling unwell during a flight from Siberia to Moscow. The plane made an emergency landing in the city of Omsk. EPA/SERGEI ILNITSKY (MaxPPP TagID: epalivefour966629.jpg) [Photo via MaxPPP]

Le Kremlin juge « prématurées » les conclusions des médecins allemands qui ont déclaré lundi que l’opposant russe Alexeï Navalny présentait des traces d’empoisonnement.

L’opposant russe hospitalisé en Allemagne ne finit pas d’être l’objet de tensions entre la Russie et l’Allemagne. Le gouvernement allemand a décidé de durcir le ton face à son homologue russe.

En effet, la chancelière allemande n’a pas mâché ses mots envers les autorités russes. Elle leur a demandé dans un communiqué de « résoudre de manière urgente cette affaire, dans les moindres détails et en toute transparence ».

Un empoisonnement d’Alexeï Navalny selon les médecins allemands

Toujours dans le coma, l’opposant russe a subi des examens médicaux. Les premières conclusions indiquent un empoisonnement. Bien que les médecins russes qui l’avaient pris en charge en Russie réfutent cette piste, les résultats des analyses semblent dire le contraire.

La substance retrouvée dans le sang de la victime serait la même que celle utilisée pour empoisonner l’ancien agent de renseignement militaire russe puis espion britannique, Sergueï Skripal et sa fille à Londres en 2018.

Il faut souligner qu’adversaire résolu de Vladimir Poutine, cet avocat de 44 ans, dont les publications anticorruptions sont abondamment partagées sur les réseaux sociaux, a déjà souffert d’attaques physiques dans le passé.

Il urge de comprendre les faits. En effet, Alexeï Navalny se rendait de Tomsk, en Sibérie, à Moscou en avion quand il a fait un malaise. L’appareil a dû faire un atterrissage d’urgence à Omsk. Selon sa porte-parole, Kira Yarmysh : « Alexeï a été empoisonné, intoxiqué », et « se trouve désormais en soins intensifs », a-t-elle tweeté. « Nous pensons qu’Alexeï a été empoisonné avec quelque chose mélangé à son thé. Il n’a rien bu d’autre ce matin », a-t-elle précisé, en ajoutant : « Les médecins ont dit que le poison avait été absorbé rapidement à travers la boisson chaude. »

Les médecins russes ont eux assuré n’avoir détecté « aucun poison » dans le sang et l’urine du bloggeur. Il affirme privilégier l’hypothèse d’un « déséquilibre glucidique », provoqué par une baisse du taux de sucre dans le sang.

La dégradation des rapports avec l’Allemagne

Le transfert de l’opposant russe était, officiellement, une initiative privée. Mais, elle a été soutenue par la diplomatie allemande. Pour le quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine, c’est un signal politique qui veut souligner la responsabilité de Moscou. « Les relations relativement bonnes entre l’Allemagne et la Russie s’expliquaient jusqu’à présent par la retenue souvent non justifiée de Berlin qui a changé de ton », souligne le journal.

Ce lundi, le porte-parole d’Angela Merkel a parlé d’un probable empoisonnement et justifie la protection accordée à Alexeï Navalny . L’avion, qui l’a transporté à Berlin, a atterri dans une zone réservée au gouvernement. Son ambulance a été ensuite accompagnée d’une escorte de la police. Des membres de l’office criminel fédéral assurent sa sécurité à l’hôpital de la Charité à Berlin. Or, ces membres protègent habituellement des responsables allemands et des étrangers uniquement, notamment des chefs d’État ou de gouvernement. Cela illustre la méfiance de Berlin à l’égard de Moscou.

Un commentaire souligne qu’il sera comme dans d’autres cas bien difficile de prouver qui est derrière l’empoisonnement de Alexeï Navalny. Le quotidien économique Handelblatt exige pourtant que des sanctions soient prises contre des responsables russes notamment en leur interdisant de pénétrer sur le territoire européen ou en saisissant leurs biens.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.