Commonwealth: Ce que gagne le Togo après huit ans de requête


Commonwealth: Ce que gagne le Togo après huit ans de requête

L’admission officielle du Togo au Commonwealth le 25 juin 2022 est le résultat d’un processus minutieux de huit ans. Depuis 2014, le gouvernement togolais a mis tout en œuvre pour faire partie de la grande famille du commonwealth. Pour l’exécutif togolais, il s’agit là d’une belle opportunité que le Togo compte saisir dans le cadre de la mise en œuvre des projets prioritaires de la feuille de route gouvernementale 2020-2025.

Dans un entretien accordé à la Télévision Nationale (TVT) le 12 juillet 2022, Robert Dussey est revenu sur le processus d’adhésion, les enjeux, les avantages et les opportunités qui y sont liés pour le peuple togolais.

Un accès facile au marché international grâce à l’adhésion au Commonwealth

Aujourd’hui, se réjouissent les autorités togolaises et la population de ce que le territoire de 56600 km² soit intégré à la couronne britannique constituée de 56 nations avec plus de 2,4 milliards d’habitants. Selon Robert Dussey, ministre des affaires étrangères, “l’adhésion du Togo au Commonwealth est un pas important en termes d’influence et de la présence internationale du pays dans le concert des nations”.

De la diplomatie en passant par l’économie et le commerce, les avantages sont multiples. “Ce que le Togo a à gagner comme membre du Commonwealth est tellement important quand on voit la capacité de l’organisation aujourd’hui, que cette adhésion est une très grande satisfaction pour le gouvernement”, indique Dussey.

Sur le plan économique, le pays va également bénéficier du Fonds pour la Coopération technique (CFTC) de cette organisation intergouvernementale. Ceci s’inscrit dans la mise en œuvre des projets prioritaires de la Feuille de route gouvernementale 2020-2025. Par ailleurs sur le plan commercial, cela permettra de booster l’exportation des produits togolais à raison de la taille de consommateurs qui peuple le Commonwealth. « Nous avons une plus grande ouverture. Nous ne sommes plus limités dans une zone francophone. Tout en étant dans cette zone, nous gagnerons à avoir plus de partenaires économiques », s’est-il expliqué.

Lire aussi : IDA-20 : LE TOGO VA BÉNÉFICIER DE L’ALLOCATION DES 65 MILLIARDS $ DE LA BANQUE MONDIALE DÉDIÉE À L’AFRIQUE

Renforcer l’apprentissage de la langue anglaise

Outre l’adhésion actée, de nombreux défis attendent le pays. A l’extérieur, le Togo procèdera prochainement à la signature de la Charte de l’organisation, et de plusieurs accords et partenariats. “L’adhésion du Togo au Commonwealth est un fait historique important qu’il faudrait désormais noter dans l’évolution du pays”. C’est aussi un acte économique fort, a conclu Robert Dussey.

Le chef de diplomatie togolaise note que le gouvernement togolais est soucieux de la prospérité de la population togolaise. Il relève que sur le continent africain, les pays qui sont les plus émergents, sont les pays anglophones. Pour ce faire, le gouvernement togolais compte adopter leurs stratégies de développement “Et la vision du gouvernement, c’est d’aller et de travailler avec ces pays pour voir leur modèle et le copier”.

Également, l’adhésion du pays de Faure Gnassingbé au Commonwealth offre un avantage linguistique au Togo. C’est dans ce contexte que le gouvernement entend renforcer l’apprentissage de l’anglais. “Avec l’adhésion au Commonwealth, la vision est de voir comment introduire l’anglais un peu plus tôt dans l’enseignement”, a affirmé Robert Dussey. Enfin, il annonce que le ministère des enseignements primaire, secondaire et technique est en train de travailler sur le sujet.

 

Sandrine A

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.