Coup d’Etat au Soudan: le général Al-Burhane réinstalle Abdallah Hamdok dans ses fonctions


Coup d’Etat au Soudan : le général Al-Burhane réinstalle Abdallah Hamdok dans ses fonctions

Après un bras de fer tendu entre civils et militaires, la crise au Soudan pourrait connaitre dans les jours à venir un dénouement heureux. Suite à une pression constante de la communauté internationale, le général Al-Burhane a enfin mis de l’eau dans son vin en posant un geste fort de sens.

Il a hier, dimanche 21 octobre, rétabli le Premier ministre Abdallah Hamdok dans ses fonctions avant putsch. Depuis le 25 octobre, la transition soudanaise a été profondément fragilisée par un coup d’Etat perpétré par le général Al-Burhane et ses hommes. Assoiffés de pouvoir, les militaires ont choisi d’écarter simplement les civils de la direction commune du pays. Alors Abdallah Hamdok et plusieurs membres de son ancien gouvernement ont été mis aux arrêts.

Abdallah Hamdok pour la paix au Soudan

Le Premier ministre Abdallah Hamdok peut à nouveau conduire la transition soudanaise sous la houlette du général Al-Burhane. C’est ce qui découle de son accord fraichement signé avec l’homme fort du pays. Après de multiples refus, il a finalement cédé à la demande de ce dernier pour le bien-être des populations dit-il.

« Nous devons mettre un terme à l’effusion de sang. Je sais que notre peuple est capable de sacrifices, cependant chaque goutte de sang est précieuse. Mettons fin au bain de sang », a expliqué Abdallah Hamdok. Il espère ainsi remettre le Soudan sur les rails de la transition démocratique.

Lire aussi: SOUDAN: LE GÉNÉRAL AL-BURHAN CONFISQUE DRASTIQUEMENT LE POUVOIR 

Des libérations attendues

Grace à son accord avec al-Burhan, plusieurs personnalités politiques arrêtées depuis le putsch devraient être libérées. Cela aurait pour incidence d’œuvrer au soulagement des familles qui attendent impatiemment le retour de leurs proches à la maison. Les rues de Khartoum pourraient aussi connaitre une démobilisation.

Pour l’heure, les soudanais campent encore fortement sur leur position. C’est-à-dire, qu’en aucun cas, ils ne voudraient plus être dirigés par des militaires. Alors ils restent plus que jamais déterminés à aller au bout de leur lutte. Les manifestations réprimées jusque là ont fait plus de 40 morts.

Le général Abdel Fattah al-Burhan s’inscrit lui aussi dans la logique d’un retour à la normale. « Nous allons continuer à travailler pour préserver la transition, jusqu’à ce que les rêves de démocratie de paix et de justice des Soudanais soient exaucés », a rassuré le général.

Lire aussi: SOUDAN: LE FRONT ANTI-PUTSCH ENTEND MAINTENIR LA PRESSION CONTRE LE GÉNÉRAL BURHAN

 

El Professor

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *